lundi, juin 4, 2018

Bayer prévoit de conclure l’acquisition de Monsanto le 7 juin.


  • Avec cette acquisition la plus importante de son histoire, l’entreprise va multiplier par deux son activité dans l’agriculture
  • Un moteur d’innovation, leader en agriculture, avec un investissement pro forma en R&D d’environ 2,4 milliards d’euros en 2017
  • La transaction devrait générer une valeur importante
  • Bayer renforce son engagement en faveur du développement durable et sa collaboration avec les parties prenantes
  • La nouvelle entreprise conservera le nom Bayer



Leverkusen, 4 juin 2018 – Bayer prévoit de conclure l’acquisition de Monsanto le 7 juin, suite à l’obtention de toutes les autorisations nécessaires des autorités réglementaires. « L’acquisition de Monsanto est une étape stratégique majeure dans notre ambition de renforcer notre portefeuille d’activités de premier plan dans les domaines de la santé et de la nutrition. Nous allons multiplier par deux la taille de notre activité agricole et créer un moteur d’innovation leader en agriculture. Nous serons ainsi mieux positionnés pour répondre aux besoins de nos clients et libérer le potentiel de croissance à long terme dans ce secteur », a déclaré Werner Baumann, président du directoire de Bayer AG.

Bayer a annoncé son intention d’acquérir Monsanto en mai 2016 et a signé un accord avec l’entreprise américaine pour une valeur de 128 dollars par action en septembre 2016. Actuellement, cela correspond à un coût total d’environ 63 milliards de dollars, en prenant en compte la dette en cours de Monsanto au 28 février 2018. Dans le cadre du processus d’autorisation réglementaire, Bayer a trouvé un accord pour la cession de certaines de ses activités, ce qui a généré 2,2 milliards d’euros de recettes en 2017 pour un prix d’acquisition de base total de 7,6 milliards d’euros. Si l’on inclut Monsanto et si l’on prend en compte les sessions, les activités de la santé et de l’agriculture présenteraient à peu près la même taille en 2017, avec un chiffre d’affaires pro forma total d’environ 45 milliards d’euros, en incluant le chiffre d’affaires combiné de Crop Science d’environ 20 milliards d’euros. En 2017, les deux entreprises réunies employaient environ 115 000 personnes, en tenant compte des cessions.

L’acquisition devrait générer une valeur importante. Bayer prévoit une contribution positive au bénéfice par action à compter de 2019. À partir de 2021, cette contribution devrait atteindre un pourcentage à deux chiffres. De plus, après les ajustements liés aux cessions, Bayer prévoit que les effets de synergie engendreront des contributions annuelles à l’EBITDA de l’ordre de 1,2 milliard de dollars avant éléments spéciaux, et ce à partir de 2022.

Afin d’acquérir Monsanto, Bayer a obtenu un financement provisoire initial d’un montant de 57 milliards de dollars. Comme annoncé en septembre 2016, ce dernier est refinancé par une combinaison de capitaux propres et de transactions d’emprunt, dont certaines sont déjà terminées. La mesure finale des capitaux propres se présentera sous la forme d’une émission avec droit préférentiel de souscription, qui a été annoncée hier.

Bayer deviendra l’unique actionnaire de Monsanto le 7 juin. Selon l’autorisation sous condition du Département de la Justice des États-Unis, l’intégration de Monsanto dans Bayer pourra avoir lieu une fois que les opérations de cession vers BASF seront terminées. Ces dernières devraient être finalisées dans deux mois environ. « Nous nous sommes préparés avec assiduité à la prochaine intégration ces deux dernières années. Notre grande expérience en matière d’intégration d’autres entreprises majeures montre que nous avons les atouts pour réussir et que nous réussirons », a déclaré Werner Baumann.

La nouvelle entreprise conservera le nom Bayer. Le nom d’entreprise Monsanto ne sera plus utilisé. Les produits conserveront leurs noms de marque et feront partie du portefeuille de Bayer.

Offre complète de technologies et de solutions innovantes

« L’innovation est indispensable pour produire de manière plus durable des aliments plus sains, plus sûrs et plus abordables pour une population en constante augmentation. Le rapprochement de nos deux entreprises nous permettra d’offrir plus d’innovations plus rapidement et des solutions adaptées aux besoins des agriculteurs du monde entier », a affirmé Liam Condon, membre du Conseil d’administration de Bayer et président de la division Crop Science. « Demain, nos équipes dans les laboratoires et sur le terrain seront en mesure d’adopter une approche plus globale de l’innovation alors que nous relevons les immenses défis auxquels l’agriculture doit faire face. »

En incluant Monsanto et en prenant en compte les cessions, l’investissement total en R&D de Bayer en 2017 aurait atteint environ 5,7 milliards d’euros, dont 2,4 milliard d’euros auraient été investis dans l’activité agricole combinée, sur une base pro forma.

Engagement renforcé en faveur du développement durable et de la responsabilité

Bayer a pleinement conscience de la responsabilité élevée qu’implique une position de leadership en agriculture. L’entreprise continuera à renforcer son engagement en faveur du développement durable. En tant qu’entreprise leader, Bayer s’engage pleinement à maintenir les normes les plus élevées en matière d’éthique et de responsabilité, à améliorer l’accès à la santé et à la nutrition et à réduire son empreinte environnementale. « Nous appliquerons la même rigueur pour atteindre nos objectifs de développement durable que pour atteindre nos objectifs financiers », a déclaré Werner Baumann.

Bayer s’engage également à renforcer sa collaboration avec les parties prenantes. « Notre objectif est d’approfondir le dialogue avec la société. Nous serons à l’écoute de nos détracteurs et travaillerons ensemble pour trouver un terrain d’entente. L’agriculture représente un enjeu trop important pour laisser les différences idéologiques entraver le progrès. Nous devons miser sur le dialogue. Nous devons être à l’écoute les uns des autres. C’est la seule manière de créer des liens. », a ajouté Werner Baumann.

À propos de Bayer

Bayer est une entreprise mondiale ayant des compétences clés dans les domaines de la santé et de l’agriculture. Les produits et services de Bayer sont conçus pour améliorer la qualité de vie. Dans le même temps, le Groupe a pour objectif de créer de la valeur grâce à l’innovation, la croissance et une forte capacité à créer du bénéfice. En tant qu’entreprise citoyenne, Bayer adhère aux principes du développement durable et assume ses responsabilités sociales et éthiques. En 2017, le groupe employait environ 99 800 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 35 milliards d’euros. Les dépenses en immobilisations se sont élevées à 2,4 milliards d’euros et les dépenses en R&D à 4,5 milliards d’euros. Pour en savoir plus, consultez le site www.bayer.com.

Note à l’attention des rédacteurs :

Bayer tiendra aujourd’hui une conférence de presse audio (en anglais) sur ce sujet. Vous pouvez la suivre sur le site www.live.bayer.com:

  • webcast du discours de Werner Baumann et de la session de questions-réponses (à partir de 10h00 environ, heure de Paris)
  • enregistrement de la conférence de presse audio (dans le courant de la journée)

De plus amples informations sont disponibles sur le site internet www.news.bayer.com
  • transcription et diapos du discours de Werner Baumann (à partir de 10h00 environ, heure de Paris)

Contacts:

Christian Hartel
+49 214 3047686
christian.hartel@bayer.com

Dr. Rolf Ackermann
+49 214 30-41782
rolf.ackermann@bayer.com


Mises en garde concernant les informations de nature prospective.
Certaines déclarations contenues dans ce communiqué peuvent constituer des « déclarations prospectives ». Les résultats effectifs peuvent être sensiblement différents de ceux projetés ou prévus dans ces déclarations prospectives. Les facteurs susceptibles de différer sensiblement des résultats réels sont les suivants : le risque que les parties ne puissent pas du tout, ou pas dans les délais impartis, utiliser les effets de synergie et les gains d’efficience opérationnelle attendus avec la fusion ou intégrer avec succès les activités de l’entreprise Monsanto (« Monsanto ») à celles de Bayer Aktiengesellschaft (« Bayer ») ; le risque qu’une telle intégration soit plus difficile, plus longue ou plus coûteuse que prévu ; le risque que les bénéfices après l’opération soient inférieurs aux prévisions ; le risque que les coûts d’exploitation, la perte des clients et l’interruption des activités (y compris les difficultés à fidéliser les employés, les clients ou les fournisseurs) soient, après l’opération, plus élevés ou plus importants qu’attendu suite à la transaction ; la capacité à retenir certains employés essentiels chez Monsanto ; la capacité des parties à répondre aux attentes concernant la comptabilité et le régime fiscal de la fusion ; l’impact du remboursement des emprunts contractés pour la transaction ; l’impact de l’endettement encouru par Bayer par rapport à la transaction et l’impact potentiel sur l’évaluation de l’endettement de Bayer ; les effets liés au regroupement des entreprises Bayer et Monsanto, y compris la future situation financière de la société née de la fusion, les résultats opérationnels, la stratégie et les projets ; les autres facteurs détaillés dans le rapport annuel de Monsanto sur le formulaire 10-K déposé auprès de la Commission boursière aux États-Unis (« SEC ») pour l’exercice clos au 31 août 2017 et les autres déclarations de Monsanto effectuées auprès de la SEC, disponibles sur le site Internet http://www.sec.gov et sur le site Internet de Monsanto à l’adresse www.monsanto.com; et les autres facteurs évoqués dans les rapports publics de Bayer disponibles sur le site Internet de Bayer à l’adresse www.bayer.com.Bayer n’assume aucune obligation de mettre à jour les informations contenues dans cette communication, sauf si la loi l’exige. Le lecteur ne doit pas accorder une confiance excessive à ces déclarations prospectives, lesquelles ne sont pertinentes qu’à la date de leur publication.

copyright-bayercropscience-r