Qualité

Préserver la qualité du grain



Vous avez passé des mois à planifier la prochaine saison. Vous avez pensé à une foule de choses comme la rotation, la fertilité du sol, la lutte contre les ravageurs et comment tous ces éléments peuvent se traduire en terme de rentabilité.

De plus en plus de producteurs songent à ajouter à ce processus de planification des étapes visant à assurer le maintien de la qualité du grain, réalisant l’importance de cet élément pour la rentabilité de leur exploitation.

Si certains éléments échappent à votre contrôle, la gestion de la maladie n’entre pas dans cette catégorie.

Voyez ce que révèlent les chiffres sur l’impact de ProsaroMD sur le grade
Apprenez comment Prosaro peut vous aider à gérer le risque de propagation du fusarium graminearum (responsable de la fusariose de l’épi)
Approfondissez vos connaissances du fusarium graminearum dans les cultures de céréales


Montez en grade



Tirez le maximum de vos cultures de céréales en vous assurant le grade le plus élevé possible


Wheat Grade Improvement

La maladie n’est pas le seul facteur à l’origine d’un déclassement du grain. La couleur, la teneur en protéines, le caractère ventru et le taux d’humidité jouent également un rôle dans l’évaluation de la qualité du grain. Autre facteur à considérer, la densité du grain (communément appelé le poids au boisseau).

Voyez comment Bayer CropScience peut vous assurer d’obtenir le meilleur prix pour vos cultures de blé et d’orge.

Wheat Bushel Weight Improvement

Barley Quality Improvement


Fusariose de l’épi



La fusariose de l’épi est l’une des maladies les plus redoutées par les producteurs céréaliers canadiens car son agent pathogène a des incidences négatives non seulement sur le rendement, mais également sur le grade.


Les chiffres ne mentent pas



Six ans de données sur la qualité grâce aux essais par bandes de démonstration du fongicide

Aussi peu que 0,25 % de grains fusariés dans vos cultures de blé roux de printemps de l’Ouest canadien (blé CWRS) peut entraîner une déclassification à un grade 2, alors qu’un pourcentage au-dessus de 0,8 % vous cantonne dans le grade 3. Autant Prosaro que Folicur®EW offrent une protection contre la fusariose de l’épi et par conséquent, abaissent le niveau de grains fusariés, responsables des réductions de grade du grain de vos récoltes.

Wheat - FDK Reduction

Le fusarium graminearum, l’agent pathogène principalement responsable de la fusariose de l’épi répandue dans l’Ouest canadien, produit de la mycotoxine déoxynivalénol (DON), également connue sous le nom de vomitoxine, qui peut se former dans le grain récolté. Les DON, lorsqu’ils sont consommés, peuvent causer de graves problèmes de santé chez les humains et le bétail et réduisent par conséquent la qualité marchande des grains.

Wheat - DON Reduction

Conseils pour la gestion de la fusariose : pour un plan d’action efficace



Lorsque le fusarium graminearum est établi dans une région, des conditions de température et d’humidité suffisantes et un hôte sensible sont tout ce dont la maladie a besoin pour se développer. Plusieurs éléments échappent peut-être à votre contrôle, mais vous pouvez prendre des mesures pour réduire le risque dans votre exploitation :

Utiliser des semences propres et saines. Nettoyer les semences et réaliser des tests de germination et de dépistage de la présence du fusarium graminearum freinera la propagation de l’agent pathogène dans votre zone de production.

Utiliser des traitements de semences. La première étape, avant même la plantation, consiste à protéger la semence avec un traitement pour semence contenant un fongicide homologué pour la protection contre les champignons du genre Fusarium. L’application adéquate d’un traitement de semences est un élément essentiel pour renforcer la protection de vos cultures contre la maladie.

Utiliser des stratégies de rotation. L’alternance avec des cultures non sensibles peut contribuer à prévenir le développement et la propagation du fusarium graminearum.

Prendre garde aux transferts de champ à champ. Éviter de cultiver des céréales à petits grains à proximité de champs où des niveaux élevés de fusarium graminearum ont été constatés l’année précédente.

Augmenter les densités de semis. Pour favoriser un peuplement plus uniforme, un tallage réduit et une période de floraison plus courte réduisent d’autant le temps total où vos champs seront vulnérables à l’infection.

Échelonner les dates des semailles. Décaler les dates d’ensemencement permet aux cultures céréalières d’entrer en période de floraison à des moments différents, réduisant ainsi le risque global d’infection à la fusariose de l’épi.

Sélectionner les variétés. Utiliser les variétés de semences les moins sensibles afin de réduire le risque de fusariose de l’épi.

Gérer les résidus. Afin d’accélérer la décomposition des résidus des cultures infectées, les producteurs peuvent utiliser plusieurs méthodes telles que la coupe, la répartition et la distribution uniformes de la paille. On conseille également aux producteurs de retirer tous reliquats de résidus de cultures présents dans les équipements avant de quitter un champ infesté.

Appliquer un fongicide au moment de l’épiaison. L’utilisation d’un fongicide homologué ciblant la fusariose de l’épi réduit non seulement les dommages causés par cette maladie et préserve le grade, mais contribue également à diminuer les niveaux de fusarium dans vos semences pour l’année suivante.


Approfondissez vos connaissances : la fusariose de l’épi



copyright-bayercropscience-r