Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

lundi, juillet 26, 2021

Identification des maladies dans le blé et mesures de lutte

leaf blight

Les agents pathogènes peuvent infecter le blé du semis jusqu’à la maturité de la culture. Sachez à quel moment chaque maladie est susceptible d’apparaître, apprenez à les reconnaître, identifiez les conditions environnementales favorables à chacune et découvrez quelles mesures de lutte utiliser contre les maladies du blé qui menacent tout au long de la saison de croissance.

Calendrier d’apparition des maladies

Feekes 1
Émergence/plantule
Feekes 2-3
Tallage (dormance-blé d’hiver)
Feekes 4-9
Élongation de la tige/ montaison
Feekes 10
Gonflement de l’épi
Feekes 10.1–10.5
Épiaison/ floraison
Feekes 11.1-11.2
laiteux/stade pâteux mou
Feekes 11.3-11.4
Mûrissement/maturité
Brûlures des semis et piétins
Rouille des feuilles, rouille jaune, rouille des tiges (apparaît généralement plus tard dans les climats septentrionaux)
Mosaïque striée du blé (virus), striure en fuseaux (virus)
Mosaïque à Polymyxa du blé (virus)
Jaunisse nanisante de l’orge (virus)
Oïdium (blanc), piétin-échaudage, taches septoriennes, taches bronzées
Taches bactériennes, rayures bactériennes/glumes noires
Moucheture à Stagonospora nodorum
Ergot, charbon nu, fusariose de l’épi
Moisissure noire

Wheat Diseases

Seedling blight.

Figure 1 : Brûlure des semis.

Leaf rust.

Figure 2 : Rouille des feuilles. Donald Groth, Louisiana State University Ag Center, Bugwood.org.

Yellow (Stripe) rust

Figure 3 : Rouille jaune striée. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Stem rust

Figure 4 : Rouille des tiges.

Wheat streak mosaic virus

Figure 5 : Mosaïque striée du blé. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Wheat soilborne mosaic virus (SBWMV)

Figure 6 : Mosaïque à Polymyxa du blé (SBWMV). H.J. Larsen, Bugwood.org.

Barley yellow dwarf virus

Figure 7 : Jaunisse nanisante de l’orge. Brian Olson, Oklahoma State University, Bugwood.org.

Powdery mildew.

Figure 8 : Oïdium (blanc). Phil Sloderbeck, Kansas State University, Bugwood.org.

Take-all disease (field).

Figure 9 : Piétin-échaudage (champ). William M. Brown Jr., Bugwood.org.

Take-all disease (roots).

Figure 10 : Piétin-échaudage (racines). Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Septoria tritici blotch.

Figure 11 : Taches septoriennes. G.J. Holmes, Strawberry Center, Cal Poly San Luis Obispo, Bugwood.org.

Tan spot.

Figure 12 : Taches bronzées. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Bacterial leaf blight

Figure 13 : Taches bactériennes. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Bacterial leaf blight

Figure 14 : Glumes noires. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Stagonospora nodorum blotch (leaf)

Figure 15 : Moucheture (Stagonospora nodorum) (feuille). Erik Stromberg, Virginia Polytechnic Institute and State University, Bugwood.org.

 Stagonospora nodorum blotch (glume).

Figure 16 : Moucheture (Stagonospora nodorum) (glume). Erik Stromberg, Virginia Polytechnic Institute and State University, Bugwood.org.

Ergot.

Figure 17 : Ergot.

Ergot.

Figure 18 : Charbon nu. Donald Groth, Louisiana State University Ag Center, Bugwood.org.

Fusarium head blight (scab).

Figure 19 : Fusariose de l’épi. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Fusarium head blight (scab)

Figure 20 : Moisissure noire. Mary Burrows, Montana State University, Bugwood.org.

Identification des maladies, facteurs environnementaux et mesures de lutte

Les brûlures des semis et les piétins constituent une menace pour le blé, de l'émergence jusqu'aux stades des plantules, et sont causés par divers agents pathogènes transmis par les semences et par le sol pouvant provoquer de la mortalité. Jumelé à certaines pratiques culturales, le placement judicieux des semences dans un sol chaud, bien drainé et suffisamment fertile peut aider à favoriser la croissance et le développement rapides. L’utilisation de semences exemptes de maladies peut aider à protéger contre les agents pathogènes transmis par les semences. L’utilisation d’un traitement de semences fongicide homologué contre les agents pathogènes habituels transmis par les semences et le sol est une mesure de gestion chimique. Les options de traitements de semences de Bayer comprennent les traitements de semences de marque RaxilMD et le traitement de semences EvergolMD Energy.

Les rouilles sont des infections fongiques qui peuvent avoir des répercussions sur le blé depuis la levée jusqu'au stade pâteux.

La rouille des feuilles (Puccinia triticina) se caractérise par de petites lésions brun-orange réparties aléatoirement sur la surface supérieure des feuilles et sur les gaines des feuilles. Les lésions ne fusionnent pas. Les conditions environnementales qui favorisent l'infection sont des températures de 15 à 20 °C et au moins six heures d'humidité à la surface des feuilles. Le développement de la maladie se poursuit avec des températures de 20 à 25 °C.

Les pustules de la rouille des tiges (Puccinia graminis f.sp. tritici) ) sont plus grandes, de couleur brun rougeâtre sombre et se retrouvent sur les surfaces supérieures et inférieures des feuilles, les tiges et les épis. Au départ, les lésions sont dispersées, mais elles peuvent fusionner en cas de forte infestation. Les conditions environnementales qui favorisent l'infection sont des températures de 15 à 29 °C et six à huit heures d'humidité à la surface des feuilles. Le développement de la maladie se poursuit avec des températures de 26 à 30 °C.

La rouille jaune (Puccinia striiformis f. sp. tritici) se caractérise par des rangées linéaires de pustules jaune-orange vif qui suivent les nervures des feuilles. Les conditions environnementales qui favorisent l'infection sont des températures de 7 à 12 °C et six à huit heures d'humidité à la surface des feuilles. Le développement de la maladie se poursuit avec des températures de 10 à 15 °C.

Les rouilles peuvent se développer rapidement lorsque les températures sont propices et que les feuilles demeurent humides suffisamment longtemps, n’importe quand durant la saison de croissance. Des pertes sévères peuvent survenir en raison d'une perte importante de tissus entraînant une réduction de la taille, du poids spécifique et de la qualité des grains ainsi que de la verse. Les mesures de lutte comprennent l’utilisation de variétés résistantes, si possible, et l’application de fongicides foliaires avant que l'infection ne s’aggrave. Les fongicides de Bayer qui sont homologués pour lutter contre la rouille des feuilles, la rouille des tiges et la rouille jaune sont le fongicide ProsaroMD XTR, le fongicide ProsaroMD PRO, le fongicide StrategoMD PRO (Est du Canada), le fongicide DelaroMD (Ouest du Canada) et le fongicide TilMORMC (Ouest du Canada).

Le virus de la mosaïque striée du blé (WSMV)1 est transmis au blé d'hiver par l'acarien vecteur Aceria tulipae. Le blé de printemps et l'orge peuvent également être infectés par ce virus. La source de l'acarien vecteur et du WSMV est le blé spontané. Les plants infectés sont rabougris et ne tallent pas bien. Les feuilles des plants infectés jaunissent de l'extrémité à la base, tandis que les nervures restent généralement vertes. Lorsque les acariens se posent sur un plant de blé, ils se rendent vers la plus jeune feuille déployée et commencent à se nourrir. Les pertes dues au WSMV dépendent de la variété, de la météo, du pourcentage de plants infectés et du moment de l'infection. L'infection à l'automne est la plus grave et, sur les cultivars sensibles, elle peut entraîner des pertes de 80 % ou plus. La maladie est favorisée par des températures chaudes (supérieures à 21 °C). Les stress environnementaux tels que les températures élevées et la sécheresse peuvent aggraver les pertes de rendement dues au WSMV, car les plants infectés sont plus vulnérables à ces stress. Le blé spontané dans un rayon de 0,4 à 0,8 km (¼ à ½ mile) du nouveau champ doit être détruit au moins deux à trois semaines avant l'émergence. Envisagez de semer une variété résistante au virus ou à l'acarien. Aucun produit chimique n’est efficace ou homologué pour lutter contre l'acarien Aceria tulipae.

Virus de la mosaïque à Polymyxa du blé (WSBMV) et virus de la striure en fuseaux (WSSMV)2,3

Ces deux virus sont transmis par le champignon Polymyxa graminis. L'infection du blé d'hiver peut commencer à l'automne pendant les périodes de forte humidité du sol. Les symptômes apparaissent au printemps, quand la culture commence à verdir, mais peuvent se manifester à la fin de l'automne ou au début de l'hiver dans les climats plus chauds. Contrairement au virus de la mosaïque striée du blé, les maladies causées par le WSBMV et le WSSMV ralentissent lorsque les températures se réchauffent. Le WSBMV et le WSSMV peuvent être difficiles à distinguer l'un de l'autre à l'œil nu et peuvent apparaître ensemble sur les feuilles. Les symptômes visuels de ces maladies comprennent des stries jaunes à vert clair sur les feuilles, des extrémités de feuilles nécrosées et un rabougrissement des plants. Ces maladies sont présentes dans les dépressions de terrain ou dans les zones très humides. Il existe peu de mesures de lutte contre ces maladies, mais des cultivars résistants peuvent être utilisés lorsqu'ils sont disponibles.

L’infection par le virus de la jaunisse nanisante (BYDV) est une maladie virale transmise par plusieurs espèces de pucerons. L'infection peut se produire à l'automne ou au printemps. Cependant, l’infection à l’automne présente davantage de risques d’apparition de symptômes importants et de perte de rendement. Les symptômes se manifestent généralement par zones dans le champ et peuvent inclure un rabougrissement, un tallage réduit et une décoloration jaune ou rougeâtre de la feuille étendard ainsi que des extrémités et des bords des feuilles. Les plants peuvent également sembler anormalement dressés et présenter des feuilles épaissies et rigides. Une perte de rendement substantielle peut en résulter. Les stratégies de lutte consistent à semer au moment opportun (pour éviter les périodes prolongées d'alimentation des pucerons favorisant la transmission virale), à semer des cultivars résistants, à traiter les semences avec des insecticides pour aider à réduire les populations de pucerons en début de saison et à utiliser des insecticides foliaires pour maîtriser les populations de pucerons dans la culture si les seuils sont atteints.

L'oïdium4 est une maladie fongique causée par Blumeria graminis f. sp. tritici. La maladie est favorisée par des températures comprises entre 15 et 21 °C et une humidité relative élevée (proche de 100 %); la présence d’eau n'est pas nécessaire pour que cette maladie se développe. Le blé est plus sensible à l'infection pendant l'élongation de la tige et l'épiaison. Le symptôme distinctif de la maladie est la présence de mycélium poudreux blanc à gris sur les feuilles, les tiges et les épis qui devient gris-brun avec le murissement du plant. Parmi les mesures de lutte, on note l’utilisation de cultivars résistants, l'équilibrage de la fertilisation azotée, la gestion des spores hivernantes par la rotation des cultures, la gestion des résidus, la maîtrise du blé spontané et l'utilisation de fongicides. Les fongicides de Bayer qui sont homologués pour lutter contre l'oïdium sont le fongicide ProsaroMD XTR, le fongicide ProsaroMD PRO, le fongicide StrategoMD PRO (Est du Canada), le fongicide DelaroMD (Ouest du Canada) et le fongicide TilMORMC (Ouest du Canada).

Le piétin-échaudage5 est une pourriture des racines, du collet et de la base de la tige causée par le champignon Gaeumannomyces graminis var. tritici présent dans le sol. Cette maladie est favorisée par des températures fraîches de 12 à 18 °C. Elle est plus fréquente dans les sols neutres à alcalins, pauvres en azote et en phosphore et mal drainés. Les symptômes peuvent apparaître en automne ou au début du printemps, mais sont le plus souvent observés pendant l'épiaison. Les symptômes sont un tallage réduit, l'absence d'épiaison, des épis blanchis ou vides, des grains ratatinés, des plants blanchis qui meurent prématurément, le pourrissement des racines, collets et chaumes et la présence d’un feutrage mycélien lustré brun foncé à noir sous la gaine des feuilles à la base des plants. Les plants malades s'arrachent facilement parce que leurs racines sont pourries. La lutte comprend une interruption d'au moins un an de la culture de petites céréales, la maîtrise des mauvaises herbes hôtes, une fertilisation adéquate et un semis d'automne retardé.

La maladie des taches septoriennes6 est causée par le champignon pathogène Zymoseptoria tritici. Cette maladie est favorisée par un temps frais et humide (10 à 20 °C et 24 heures d'humidité prolongée). L’agent pathogène infecte d'abord les feuilles inférieures et peut s’attaquer au blé depuis de stade de l'élongation de la tige jusqu'à la maturité du plant. Les symptômes sont des taches chlorotiques (jaunes) qui se transforment en lésions brunes irrégulières entre les nervures des feuilles. Aux stades plus avancés de la maladie, des pycnides grises à brunes parsèment les lésions. Les stratégies de lutte comprennent le semis de cultivars résistants, l'utilisation de semences exemptes d'agents pathogènes et/ou le traitement fongicide des semences, la rotation des cultures pour réduire la quantité d'inoculum de l'agent pathogène dans les futures cultures de blé et l'utilisation de fongicides en début et/ou en fin de saison. Les fongicides de Bayer qui sont homologués pour la maîtrise des taches septoriennes sont le fongicide ProsaroMD XTR, le fongicide ProsaroMD PRO, le fongicide StrategoMD PRO (Est du Canada), le fongicide DelaroMD (Ouest du Canada) et le fongicide TilMORMC (Ouest du Canada).

La moucheture à Stagonospora nodorum6 est causée par le champignon pathogène Parastagonospora nodorum. Cette maladie est favorisée par un temps chaud et humide (20 à 27 °C et 12 à 18 heures d'humidité). Les symptômes sont très similaires à ceux des taches septoriennes, bien que cette maladie se manifeste plus tard dans la saison, de l'épiaison jusqu’au stade pâteux. De petites lésions chlorotiques (jaunes) se développent sur les feuilles inférieures et deviennent brun rouge à centre gris-brun. Des pycnides apparaissent dans les lésions et différencient cette maladie de celle des taches bronzées. La maladie peut également s’attaquer aux glumes et, si l’infection s'aggrave, se traduire par la production de grains légers et ratatinés. Les stratégies de lutte comprennent le semis de cultivars résistants, l'utilisation de semences exemptes d'agents pathogènes et/ou le traitement fongicide des semences, la rotation des cultures pour réduire la quantité d'inoculum de l'agent pathogène dans les futures cultures de blé et l'utilisation de fongicides en début et/ou en fin de saison. Les fongicides de Bayer qui sont homologués pour lutter contre la moucheture à Stagonospora nodorum sont le fongicide ProsaroMD XTR, le fongicide ProsaroMD PRO et le fongicide TilMORMC (Ouest canadien).

La maladie des taches bronzées6 est causée par le champignon pathogène Pyrenophora tritici-repentis. Les spores portées par les résidus sont dispersées par le vent. L'infection peut se produire dans une large gamme de températures et se propage le mieux pendant les périodes humides de 24 heures ou plus. Elle peut donc s’attaquer au blé pendant la majeure partie de la saison, de l'élongation de la tige jusqu’à la maturité. Les symptômes apparaissent d'abord sous la forme de petites taches ovales ou en forme de losange (0,3 à 1,3 cm de long sur 0,14 à 0,15 cm de large) sur les feuilles. Ces taches s'agrandissent et prennent une couleur bronze. Les pycnides ne sont pas un symptôme de cette maladie, bien que ces taches puissent être accompagnées d'une tache brun foncé au centre. Souvent, un halo jaune entoure la tache bronzée. Les grains peuvent également être infectés et développer un tégument rougeâtre. Les stratégies de lutte comprennent le semis de cultivars résistants, l'utilisation de semences exemptes d'agents pathogènes et/ou le traitement fongicide des semences, la rotation des cultures pour réduire la quantité d’'inoculum de l'agent pathogène dans les futures cultures de blé et l'utilisation de fongicides en début et/ou en fin de saison. Les fongicides de Bayer qui sont homologués pour maîtriser la maladie des taches bronzées sont le fongicide ProsaroMD XTR, le fongicide ProsaroMD PRO, le fongicide StrategoMD PRO (Est du Canada), le fongicide DelaroMD (Ouest du Canada) et le fongicide TilMORMC (Ouest du Canada).

Symptômes similaires : Taches bactériennes. La maladie des taches bactériennes débute par de petites taches imbibées d'eau qui s'étendent et se rejoignent pour former de grandes lésions. L'aspect aqueux du centre ou du périmètre des lésions caractérise l'infection bactérienne, laquelle n'est pas maîtrisée par les fongicides7.

La maladie des rayures bactériennes, glumes noires8 est une maladie bactérienne causée par Xanthomonas translucens pv. undulosa. Les conditions météorologiques qui favorisent la propagation de cette maladie sont les tempêtes fréquentes accompagnées de vents forts, en particulier celles qui se produisent pendant et après la sortie de la feuille étendard. Les températures supérieures à 25 °C favorisent la multiplication de la bactérie et les symptômes apparaissent à partir du stade du gonflement de l’épi jusqu'au stade pâteux9. L'irrigation peut également augmenter le risque d'infection en raison des éclaboussures. Cette maladie est transmise par les semences et les résidus et se propage par les éclaboussures des gouttes de pluie. Les symptômes apparaissent sur les feuilles sous forme de stries irrégulières translucides imbibées d'eau qui jaunissent, puis brunissent. Le suintement exsudé par les lésions est un symptôme caractéristique de l'infection bactérienne qui peut donner aux feuilles un aspect brillant lorsqu'elles sèchent. Cette maladie peut coexister avec d'autres maladies foliaires (taches bronzées, taches septoriennes), ce qui la rend difficile à distinguer.

La maladie peut également infecter les glumes pendant le remplissage des grains. Ce stade de la maladie est appelé « glumes noires » en raison des stries violettes à noires qui apparaissent sur les glumes. Une lésion de couleur violette à jaune peut également apparaître sur la tige, juste en dessous de l'épi. Une infection sévère peut provoquer une décoloration des grains.

Les possibilités d’intervention sont limitées, mais utiliser de la semence propre peut aider à prévenir la propagation de la maladie.

L'ergot10 est un champignon qui infecte les petites céréales et les graminées en remplaçant les grains par des sclérotes. Les plantes sont sensibles à l'infection pendant la floraison, et les conditions humides accompagnées de températures de 15 à 26 °C sont les plus favorables au développement de cette maladie. Le premier signe d'infection est la présence de gouttelettes de miellat jaune sur l'épi. À ce stade, l'infection peut être transmise à d'autres plantes à fleurs par les insectes. Au stade du remplissage des grains, les fleurs infectées se transforment en sclérotes sombres là où il devrait y avoir des grains. Les infections par l'ergot ont tendance à être plus graves en bordure des champs. L'ergot est toxique pour le bétail et les humains et peut donc entraîner le déclassement du grain au point de vente. Les mesures de lutte comprennent la rotation vers une culture à feuilles larges entre les cultures de petites céréales, l’enfouissement des sclérotes dans le sol, la lutte contre les mauvaises herbes graminées hôtes, l'utilisation de semences exemptes d’ergot et l'application de traitements de semences fongicides et de fongicides foliaires. Récolter et stocker séparément les grains provenant des secteurs où l'incidence de la maladie est élevée peut éviter le déclassement au reste de la récolte. Une partie de l'ergot peut être éliminée en nettoyant le grain. Le fongicide ProsaroMD PRO peut aider à réprimer l'ergot.

Le charbon nu11 du blé est une maladie fongique causée par Ustilago tritici. Cette maladie est favorisée par un temps frais (15 à 22°C), humide et accompagné de légères averses de pluie ou d’une forte rosée. Le charbon nu est transmis par les semences et infecte le plant de blé de manière systémique, les premiers symptômes apparaissant à l'épiaison. Les glumes et les grains de l'épi infecté sont remplacés par une poudre noire poussiéreuse, qui se propage facilement par le vent et infecte le blé en fleur. Le charbon nu contribue à la perte de rendement car les épis malades ne produisent pas de grains. En général, cette maladie n'a qu'un faible impact économique; toutefois, des pertes de rendement pouvant atteindre 40 % ont été signalées. Les mesures de lutte comprennent l'utilisation de cultivars résistants, l'utilisation de semences certifiées et l'utilisation d'un traitement de semences fongicide homologué tel que le traitement de semences de marque RaxilMD ou le traitement de semences EverGolMD Energy.

La fusariose de l'épi peut devenir un problème grave lorsque des conditions favorables à la production de spores se présentent pendant la floraison du blé et qu'un inoculum est présent (souvent sur les chaumes de maïs). Les conditions chaudes (10 à 28 °C) et humides sont les plus favorables au développement de cette maladie. L’infection peut se limiter à un seul épillet ou s’étendre à l’ensemble de l’épi. Pendant le remplissage des grains, les épillets infectés prennent une couleur beige à brune et peuvent présenter une croissance fongique de couleur saumon. Le grain peut être blanc à rosâtre, ratatiné et de faible poids spécifique ou ne pas se développer du tout. Une récolte comportant plus de 5 % de grains infectés peut contenir suffisamment de mycotoxines pour être toxique pour les humains et les animaux12.

La récolte contenant des mycotoxines peut être déclassée au silo ou à la meunerie et, si les concentrations sont supérieures aux seuils acceptables, le grain peut être tout simplement rejeté. Les mesures de lutte consistent à éviter les produits de blé sensibles et à utiliser un fongicide homologué appliqué au début de la floraison, lorsque les conditions météorologiques sont propices à la production de spores. Les fongicides de Bayer homologués pour la répression de la fusariose de l'épi sont le fongicide ProsaroMD XTR, le fongicide ProsaroMD PRO et le fongicide TilMORMC (Ouest canadien). Le travail du sol et la rotation des cultures ne sont pas toujours efficaces, car les spores peuvent être transportées par le vent en provenance de champs voisins.

La moisissure noire13 est un complexe de maladies fongiques qui se développent sur les épis de blé à maturité. Ce complexe de maladies est favorisé par des conditions humides lorsque le grain est à maturité ou en cours de maturation. Les symptômes sont des moisissures vert foncé ou noires à la surface des épis de blé. La maladie appelée points noirs est la version la plus grave de l’infection quand les grains deviennent noirs. La maladie ne requiert généralement pas de mesures particulières pendant la saison en cours, mais peut limiter la qualité des semences de la récolte.