Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

lundi, juillet 5, 2021

Pourriture de l’épi et de la rafle

Pourriture de l’épi et de la rafle

La pourriture de l’épi et de la rafle est une maladie fongique causée par Nigrospora oryzae. Cette maladie est répandue dans toutes les régions de culture, mais elle est rarement détectée. Lorsqu’elle survient, elle passe souvent inaperçue jusqu’à la récolte. Même si N. oryzae ne produit pas de mycotoxines nocives pour les humains ou le bétail comme les autres champignons qui causent la pourriture des épis comme Aspergillus, Fusarium et Gibberella, il peut causer des dommages importants aux épis, aux grains et aux rafles, entraînant une diminution du rendement et de la qualité.

Développement de la maladie

La maladie survient en fin de saison et est le résultat indirect de facteurs biotiques (vivants) et abiotiques (non vivants) qui peuvent nuire au bon développement de la culture. N. oryzae est un champignon faiblement pathogène qui infecte les plantes qui sont déjà endommagées ou mortes prématurément par une sécheresse, un gel, des dommages aux racines, des maladies ou des insectes. Le maïs qui croît dans un sol pauvre peut également être plus sensible à la maladie puisque les carences peuvent entraîner la mort prématurée des plantes. Le champignon infecte généralement la base de l’épi en premier où les symptômes sont généralement plus sévères, quoiqu’il puisse également infecter le bout de l’épi en premier. Le champignon survit d’une année à l’autre dans les résidus de maïs.

Symptômes

Les symptômes de la pourriture de l’épi et de la rafle causée par Nigrospora sont rarement détectés avant la récolte. Les principaux symptômes sont les suivants :

  • Moisissure gris foncé ou noire (mycélium) sur les grains et entre ces derniers (figure 1)
  • Petites spores noires à la surface des grains qui se forment près de l’extrémité de l’épi et qui peuvent être facilement enlevées par frottement (figure 2)
  • Grains légèrement décolorés et ayant des stries blanches allant de la base au sommet des grains
  • Épis pailleux, plus légers que les épis sains, et dont les grains se détachent facilement de la rafle
  • Grains qui pénètrent à l’intérieur de la rafle lorsqu’on les presse.
  • Épis abîmés et bruns près de la hampe
  • Hampe, base de l’épi et épi qui se déchiquettent pendant la récolte mécanique et l’égrenage (figure 3)
Mycélium gris foncé à la base de l’épi.

Figure 1. Mycélium gris foncé à la base de l’épi. Photo de Gary Munkvold, Iowa State University.

Rafle déchiquetée

Figure 2. Spores noires dans la partie interne de la rafle. Photo de Don White, University of Illinois.

Dark gray mycelia at base of ear.

Figure 3. Rafle déchiquetée. Photo de Don White (retraité), University of Illinois.

Gestion

Comme N. oryzae infecte les plantes qui sont déjà affaiblies, les pratiques de gestion qui favorisent la santé générale des plantes aident à minimiser le risque de maladie.

  • Sélectionner des hybrides de maïs qui ont une tige solide et une bonne résistance aux maladies pour réduire le risque que les plantes meurent prématurément des suites des maladies des feuilles ou de la tige.
  • Réduire le stress des plantes en maintenant la fertilité du sol à un niveau optimal et en gérant bien les insectes nuisibles.
  • Éviter des semer du maïs deux années d’affiliée dans un même champ, surtout si la régie comprend un travail réduit du sol. Les spores de N. oryzae peuvent survivre à l’hiver dans les résidus de maïs et les monocultures de maïs favorisent le développement de cette maladie.
  • Recourir à de bonnes méthodes de séchage et d’entreposage pour minimiser la croissance des champignons dans le grain entreposé.