Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

jeudi, novembre 18, 2021

Légionnaire d’automne dans le maïs

Japanese beetle feeding on soybean leaf

Maïs doté d’un caractère de protection contre les insectes

Identification

La larve de la légionnaire d’automne peut causer des dommages au maïs à différents stades de croissance en mangeant les tissus des feuilles et des épis. On la reconnaît à son corps lisse, de couleur brun clair, vert foncé ou noirâtre, et aux trois rayures longitudinales jaunes et à la bande foncée sur son dos. Il y a aussi une large bande sinueuse jaune, tachetée de rouge, adjacente à la bande foncée. Les jeunes larves ont un corps vert foncé et une tête noire. On les retrouve généralement en groupes sur les plants. Les larves possèdent quatre paires de fausses pattes abdominales ainsi qu’une autre paire de fausses pattes près de leur postérieur1. À la fin de leur développement, les larves mesurent environ 4 cm (1,5 po)2.

La larve du légionnaire d’automne, la larve de la légionnaire uniponctuée, le ver de l’épi du maïs, le ver gris occidental du haricot, la pyrale du maïs et la pyrale du sud-ouest sont souvent confondus. L’identification précise est cruciale aux décisions de gestion. Pour différencier la larve du légionnaire d’automne des autres espèces, examiner la tête de la larve.

  • La larve du légionnaire d’automne a une marque blanche saillante en forme de « Y » entre ses yeux. Son corps est beige, vert ou presque noir.
  • La tête de la larve de la légionnaire uniponctuée est grise ou brun verdâtre et est réticulée.
  • La tête du ver de l’épi du maïs est généralement orange et elle n’a pas de marque en forme de « Y ». Cette larve est vert pâle, brun rosé ou presque noire. Les jeunes larves sont vert pâle presque translucides et solitaires. Elles ont des bandes pâles et foncées le long de leur corps ainsi que des bandes doubles foncées au centre du dos. Leur corps est couvert de tubercules d’où sortent deux ou trois poils raides.
  • Le ver-gris occidental du haricot est brun clair avec des taches subtiles en forme de losange sur le dos et deux larges bandes noires derrière sa tête
  • La pyrale du sud-ouest est blanc terne avec des points noirs surélevés.
  • La pyrale du maïs a un corps lisse, blanc sale, qui peut prendre une teinte rosâtre et qui compte de nombreux points foncés répartis sur ses flancs et son dos. Sa tête est brun foncé ou noire.
Légionnaire d’automne

Légionnaire d’automne.

Ver de l’épi du maïs

Ver de l’épi du maïs

Pyrale du maïs

Pyrale du maïs

Légionnaire uniponctué

Légionnaire uniponctué

Ver-gris occidental du haricot

Ver-gris occidental du haricot

Pyrale du sud-ouest

Pyrale du sud-ouest

Cycle de vie

La légionnaire d’automne ne peut pas survivre là où le sol gèle. Après avoir passé l’hiver dans le Sud du Texas, dans le Nord du Mexique ou dans le Sud de la Floride, les adultes migrent vers le nord pendant la saison de croissance3,4. La femelle pond des masses de 50 à 150 œufs sphériques sur les feuilles1. Le cycle de vie dépend des températures. Les larves éclosent une semaine plus tard et se déplacent vers le cornet pour se nourrir5. Le stade larvaire dure environ 30 jours3.

Dommages

Les femelles recherchent les cultures semées tardivement qui sont au stade cornet pour y pondre leurs œufs. Les jeunes larves enlèvent la couche supérieure de la feuille et mangent l’intérieur de la feuille, causant de petits trous. Les larves continuent de s’alimenter dans le cornet. Lorsque les feuilles se déploient, elles sont en lambeaux (figure 2). Les larves s’alimentent pendant la journée, surtout tôt le matin et en fin d’après-midi, consommant des quantités importantes de tissus foliaires. On peut les retrouver enfouies profondément dans le cornet où elles sont souvent protégées par leurs excréments brun jaunâtre.

Fall Armyworm - severe damage

Figure 2. Dommages sévères causés par l’alimentation de légionnaires d’automne.

Dommage aux épis causés par l’alimentation des larves6

Les larves de la légionnaire d’automne accèdent à l’épi en pénétrant par le côté de l’épi, contrairement au ver de l’épi du maïs. Les larves peuvent également entrer par la base de l’épi. Elle se nourrissent sur les côtés de l’épi et elles peuvent également creuser des tunnels dans l’épi. Elles ressortent généralement à la base de l’épi, laissant des trous ronds dans l’enveloppe. Elles peuvent infester le maïs du stade de la formation de la panicule au stade pâteux. Elles se nourrissent des panicules, des jeunes épis et des hampes, pouvant également former des tunnels dans les tiges. Les infestations graves où les larves se nourrissent des grains peuvent entraîner des pertes de rendement. Les pertes de rendement peuvent également être le résultat de la chute des épis et de la verse causées par les larves qui se nourrissent dans les hampes et les tiges4.

Dépistage

Il existe une corrélation entre le nombre de masses d’œufs trouvées sur les feuilles et la gravité des dommages et les pertes de rendment7. Toutefois, le dépistage de la légionnaire d’automne peut s’avérer difficile. Les dommages causés par les jeunes larves ressemblent à des plaques semi-transparentes appelées « fenêtres » et à des petits trous dans les feuilles. Les larves plus âgées peuvent laisser les feuilles en lambeaux. À mesure que les épis se développent, les larves se déplacent des cornets vers les épis où elles endommagent les grains. En présence de cornets endommagés, inspecter 20 plants consécutifs à cinq endroits différents dans le champ1,2,3,5. Examiner les cornets en déroulant les feuilles pour compter les larves. Commencer le dépistage au moment du développement des panicules ou de l’apparition des soies. Inspecter les panicules en développement et les très petits épis pour trouver de grosses larves. Poursuivre le dépistage jusqu’à ce que les soies brunissent.

Traitements insecticides

Si le maïs n’est pas doté d’un gène Bt (Cry1F) offrant une protection contre la légionnaire d’automne, un traitement insecticide peut être envisagé. Toutefois, un tel traitement devrait être effectué seulement lorsque le seuil économique est atteint. Le seuil économique varie d’une région à l’autre et dépend de l’état de la culture. Un traitement peut être envisagé lorsque 50 % des plants sont infestés de larves vivantes (sans œufs de parasites) de moins de 2,5 cm (1 po)5. Consulter un agronome local pour connaître les seuils économiques régionaux. Les parasites des légionnaires et autres insectes bénéfiques peuvent contribuer à maintenir les infestations automnales sous le seuil économique. Avant de procéder à un traitement, inspecter les larves pour voir si des œufs blancs de mouches parasites se trouvent derrière leurs têtes.

Tout traitement insecticide devrait être effectué avant que les larves atteignent 3 cm (1,25 po) et qu’elles s’enfoncent profondément dans le cornet ou qu’elles pénètrent dans les épis de plants plus développés2. Les insecticides ne sont pas efficaces si les larves sont déjà enfoncées dans le cornet et que leurs excréments bloquent les tunnels d’alimentation qu’elles ont creusés. La bouillie devrait être pulvérisée à haute pression, en utilisant 280 litres à l’hectare ou 40 gallons à l’acre, à l’aide d’un pulvérisateur terrestre.

Summary

Les dommages causés par la légionnaire d’automne entraînent des pertes de rendement évaluées à des centaines de millions de dollars de chaque année7. Les hybrides dotés d’un caractère de protection contre la légionnaire d’automne aident à réduire les pertes. Toutefois, il est important d’identifier correctement les espèces d’insectes responsables des dommages afin de les gérer adéquatement cette année et dans la prochaine culture de maïs.