Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

mardi, juin 22, 2021

Fusariose de l’épi et du grain causant une contamination par les fumonisines dans le maïs

A rotary hoe in a field.

Introduction

La pourriture de l'épi et du grain est une maladie du maïs causée par les champignons pathogènes Fusarium verticillioides, Fusarium proliferatum et Fusarium subglutinans. Les symptômes de la maladie sont similaires pour les trois espèces, mais seuls F. verticillioides et F. proliferatum produisent un groupe de mycotoxines appelées fumonisines qui, à des concentrations suffisamment élevées, peuvent être toxiques pour les animaux, le bétail et les humains1. La pourriture de l'épi et du grain peut s’installer pendant ou après la floraison (stade de croissance R1) et les risques qui y sont associés augmentent lorsque le temps chaud et sec est suivi de périodes de forte humidité. La pluie reçue avant la récolte peut augmenter la contamination par les fumonisines dans le maïs.

En raison des risques sanitaires associés aux fumonisines, le grain doit être testé pour la présence de fumonisines. Des pratiques de gestion peuvent être mises en œuvre pour aider à réduire les risques associés à Fusarium dans les prochaines cultures de maïs.

Identification de Fusarium

Les grains infectés, répartis au hasard sur l’épi, se distinguent par la présence d’une moisissure rose blanchâtre (figure 1).

Les grains infectés par Fusarium sont répartis au hasard sur l’épi

Figure 1. Les grains infectés par Fusarium sont répartis au hasard sur l’épi

Les grains infectés peuvent présenter un symptôme en étoile avec des stries blanches (figure 2). La moisissure peut produire une mycotoxine appelée fumonisines.

Symptôme en étoile sur des grains infectés par Fusarium

Figure 2. Symptôme en étoile sur des grains infectés par Fusarium

Méthodes d’échantillonnage et d’évaluation

Si vous soupçonnez la présence de fusariose de l'épi et du grain, inspectez les champs à maturité physiologique (stade de croissance R6) pour déterminer la gravité de la maladie1. Si la maladie est répandue, récoltez le plus tôt possible pour réduire le degré de contamination par les fumonisines et les dommages causés aux grains. À la récolte, le grain doit être testé pour déterminer la concentration de fumonisines, car la quantité de toxine n’est pas directement reliée à la symptomatologie visible de la fusariose de l'épi et du grain. Les fumonisines peuvent être détectées dans un grain dont le tégument (péricarpe) n'est pas endommagé. Pour savoir si un champ de maïs est touché par les mycotoxines, les tests peuvent être effectués dans un centre de grain qui dispose des installations nécessaires, sur le site des différentes bourses de marchandises ou par un laboratoire indépendant agréé.

Les fumonisines ne sont pas disséminées de manière uniforme dans le maïs en vrac, et les manutentionnaires de grains devraient prélever des échantillons dans plusieurs zones d'un chargement ou d'une cellule de stockage. Contactez un laboratoire de toxicologie pour obtenir des instructions spécifiques relatives à l'échantillonnage, à la manutention et à l'analyse. Divers laboratoires commerciaux peuvent procéder aux analyses et il existe des trousses de test rapide pour l'analyse des mycotoxines. Actlabs Agriculture (laboratory@actlabsag.com) et Agribrands Purina comptent parmi les nombreux laboratoires qui effectuent des analyses de fumonisines.

Un producteur dont le grain est contaminé par les fumonisines dispose de quelques options; toutefois, il est probable que le prix obtenu sera moindre si les concentrations en milligrammes par kilogramme (mg/kg) sont élevées. Si le grain contaminé par les fumonisines est utilisé pour produire de l'éthanol, il faut savoir que le processus de fermentation de l'éthanol augmente les concentrations en mycotoxines dans les drêches de distillerie. Des études ont montré que les concentrations de mycotoxines dans les drêches de distillerie étaient environ trois fois plus élevées que dans le grain. Des moisissures et des mycotoxines peuvent se développer pendant le transport, le stockage et l’utilisation à la ferme des drêches de distillerie, une situation susceptible d’augmenter encore plus les concentrations de fumonisines et les risques pour les animaux qui les consomment1.

Tableau 1. Seuils de tolérance recommandés (mg/kg) pour plusieurs mycotoxines au Canada et aux É.-U.

Seuils de tolérance recommandés (mg/kg) pour plusieurs mycotoxines au Canada et aux É.-U.

Selon un rapport du gouvernement du Canada, 2010-2011 Fumonisines dans les produits du maïs, le Canada n'a établi aucun seuil maximal, aucun seuil de tolérance ni aucune norme à l'égard des fumonisines dans les produits du maïs.

Sélection et gestion des produits de maïs

La sélection des produits pour le maïs est une étape importante dans la gestion des foyers de fusariose dans le maïs. Les produits dotés de caractères de résistance aux insectes (protection Bt contre les insectes aériens), tolérants à la sécheresse et qui produisent à maturité des épis inclinés vers le bas peuvent potentiellement contribuer à réduire la production de mycotoxines. Considérant que l’activité des insectes peut offrir aux agents pathogènes des voies d'accès supplémentaires pour infecter les grains, les produits de maïs dotés de caractères de résistance aux insectes (technologie TreceptaMD) qui protègent l'épi contre le ver de l'épi du maïs et le ver-gris occidental du haricot peuvent diminuer les risques associés aux moisissures de l'épi. Des fumonisines peuvent être présentes dans un grain dont le tégument (péricarpe) n'est pas endommagé. La contamination par les fumonisines dépend aussi des conditions environnementales durant deux périodes spécifiques du développement du maïs : la sortie des panicules (R1) et la maturité physiologique (R6) sont des stades de croissance critiques pour la contamination des grains par les fumonisines1. Contactez votre agronome pour sélectionner les meilleurs produits de maïs adaptés à vos conditions et qui sont reconnus pour leur tolérance ou leur résistance aux maladies.

Les traitements de semences fongicides peuvent aider à protéger les jeunes plants et à réduire l'accumulation d’agents pathogènes de la fusariose dans le sol. Optimisez la fertilisation du sol pour favoriser la santé des plants et la décomposition des résidus. Évitez la fertilisation azotée excessive et la carence en potassium.

Mesures à prendre pour réduire la contamination par les mycotoxines

Certaines pratiques de gestion peuvent contribuer à réduire la contamination par les mycotoxines. En voici quelques-unes :

  • Limiter les dégâts causés par les oiseaux et les insectes, car les moisissures ont tendance à envahir plus facilement les grains endommagés que les grains intacts.
  • Récolter le grain le plus tôt possible. La moisissure à Fusarium se développe facilement dans des conditions chaudes et humides.
  • Séchage et entreposage adéquats des grains pour prévenir la prolifération des moisissures et la production de mycotoxines après la récolte. Une fois le maïs séché à 17 % d'humidité, le développement de la fusariose de l’épi et du grain devrait cesser. Entreposez le grain à des températures fraîches de 2 à 6,5 ºC (36 à 44 ºF). Le grain entreposé doit être vérifié périodiquement pour contrôler sa température, repérer les zones humides et détecter la présence d’insectes.
  • Le maïs humide doit être contrôlé pour s'assurer que les conditions d'ensilage restent anaérobies et ainsi limiter le développement des moisissures et la contamination par les mycotoxines. Les moisissures ne peuvent pas se développer dans des conditions véritablement anaérobies.
  • Pratiquer la rotation des cultures pour éviter la transmission des moisissures d'une année à l'autre. Fusarium survit dans les résidus de culture. Dans un système de production de maïs en continu, les résidus de culture doivent être complètement enfouis pour que les agents pathogènes aient le moins de possibilités de survie. Un travail du sol qui n'enfouit que partiellement les résidus, comme un passage de hachoir, de disques ou de chisel, est également bénéfique pour réduire la quantité d’agents pathogènes.
  • Éviter de semer des cultures sensibles aux moisissures dans des champs adjacents où la maladie pourrait se propager d'une culture à l'autre.
  • Quand il y a contamination, les spores de moisissures et les mycotoxines se concentrent souvent dans les particules fines et la poussière des grains. Il est recommandé aux manutentionnaires des grains de porter un masque pour éviter l'inhalation et l'ingestion de particules de poussière3.

Mesures à prendre en présence de mycotoxines

Si l'on soupçonne qu'un champ de maïs présente des concentrations élevées de fumonisines, des tests doivent être effectués dans les installations du centre de grain, sur le site de la bourse de marchandises ou par un laboratoire indépendant agréé.

Les producteurs agricoles qui soupçonnent une contamination par les fumonisines devraient procéder comme suit :

  1. Informer le fournisseur d'assurance récolte du problème soupçonné, avant de récolter ou d’entreposer le grain.
  2. L'expert en sinistre doit prélever des échantillons avant que le grain ne soit entreposé.
  3. Les échantillons de maïs ne peuvent être analysés que dans les installations d’un assureur agréé.

Les producteurs agricoles devraient communiquer avec leur assureur pour en savoir plus sur le protocole à respecter.

Sources

1 Kamle, M., Mahato, D.K., Devi, S., Lee, K.E., Kang, S.G. and Kumar, P. 2019. Fumonisins: Impact on Agriculture, Food, and Human Health and their Management Strategies. National Center for Biotechnology Information. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6628439/

2 Diaz-Royon, F. 2016. Mycotoxins are concentrated in distillers grains. Hoard’s Dairyman. December 2016

3 Charmley, L.L., and Trenholm, H.L. 2017. Mycotoxins in livestock feed Guidance Document. AgReTech. Repository (GDR) RG-8 https://inspection.canada.ca/sante-des-animaux/aliments-du-betail/directives-reglementaires/rg-8/fra/1347383943203/1347384015909?chap=1

4 2018. 2010-2011 Fumonisines dans les produits du maïs. Gouvernement du Canada. https://inspection.canada.ca/salubrite-alimentaire-pour-l-industrie/chimie-et-microbiologie-alimentaires/bulletin-d-enquete-et-rapports-d-analyse-sur-la-sa/2010-2011-fumonisines/fra/1349817198567/1349817962653

 

Sources Web vérifiées le 23 avril 2021.

Déclarations légales

La performance peut varier d'un endroit à l'autre et d'une année à l'autre, compte tenu des variations locales dans les conditions de croissance, de sol et de climat. Si possible, les producteurs devraient évaluer les résultats de plusieurs sites et années et devraient tenir compte des conséquences de ces conditions sur leurs champs.

 

Mélanges en réservoir : L’utilisateur doit avoir en sa possession les étiquettes correspondant à chacun des produits, au moment de l’application. Respecter le mode d’emploi correspondant, incluant les taux d’application, les précautions et les restrictions de chaque produit utilisé dans le mélange en réservoir. Bayer n’a pas testé la compatibilité ou la performance des préparations des produits utilisés en mélange en réservoir, autres que celles spécifiquement indiquées dans la liste des marques de commerce. Toujours déterminer la compatibilité des produits utilisés dans les mélanges en réservoir en mélangeant préalablement de petites quantités proportionnelles. Bayer et la croix Bayer sont des marques déposées du Groupe Bayer. Utilisation sous licence. Toutes les autres marques de commerce appartiennent à leur titulaire respectif. ©2021 Groupe Bayer. Tous droits réservés. 6005_S6