Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

samedi, juillet 3, 2021

Lutte contre le ver-gris occidental du haricot dans le maïs

Ver-gris occidental du haricot

Le ver-gris occidental du haricot est originaire de la région du Colorado, du Wyoming et de l'Idaho. Il a migré vers l'est et a fait son apparition en Ontario et dans l'État de New York en 2008 ainsi que dans les Maritimes en 2017. Les principales plantes hôtes comprennent le maïs et les haricots secs, mais le soya n’en fait pas partie. À ce jour, on n'a pas constaté que les femelles pondaient des œufs sur les haricots mange-tout (haricots verts) ; toutefois, si les œufs sont déposés sur des haricots mange-tout, les larves complèteront leur développement.

Biologie

On ne compte qu’une seule génération par année. Les larves passent l'hiver dans le sol et les papillons peuvent émerger dès le mois de juin et jusqu'en septembre, mais le pic d'émergence se situe à la mi-juillet. Le papillon adulte est actif la nuit et on peut l’observer au repos dans les verticilles des plants de maïs pendant la journée. La femelle peut pondre jusqu'à 600 œufs au cours de sa vie, la moyenne étant d'environ 380 œufs. La femelle dépose ses œufs sur la face supérieure des feuilles de maïs pendant les stades de croissance végétative, et, après la sortie des panicules, les œufs sont plutôt pondus sur les feuilles les plus proches de l'épi ou sur l'épi lui-même. Les œufs fraîchement pondus sont d'un blanc brillant (figure 1) et ont la forme d'un tonneau; chaque masse d’œufs contient en moyenne 50 œufs environ (figure 2). Avant l'éclosion, les œufs prennent une teinte violacée, soit la couleur de la capsule céphalique de la larve qu’on peut distinguer à travers la coquille de l'œuf (figure 3). Selon la température, les œufs peuvent éclore cinq à sept jours après la ponte, ou oviposition.

 Masse d’œufs de ver-gris occidental du haricot

Figure 1. Masse d’œufs de ver-gris occidental du haricot fraîchement pondus; notez leur couleur blanc brillant. Frank Peairs, Colorado State University, Bugwood.org.

 Masse d’œufs de ver-gris occidental du haricot sur le point d’éclore

Figure 2. Masse d’œufs de ver-gris occidental du haricot sur le point d’éclore; notez la couleur violacée des œufs. Les œufs clairs sont stériles ou parasités. Frank Peairs, Colorado State University, Bugwood.org.

Les larves consomment la coquille de leur œuf et leur comportement alimentaire ultérieur dépend du stade de développement du plant. Si le plant de maïs est au stade VT, les larves rejoignent la panicule et se nourrissent des tissus de la panicule et des anthères en développement (figure 3). Cette activité des larves n'entraîne pas de dommages économiques.

Larve de premier stade se nourrissant du pollen et des sacs polliniques.

Figure 3. Larve de premier stade se nourrissant du pollen et des sacs polliniques. Frank Peairs, Colorado State University, Bugwood.org.

Si la panicule est sortie, on peut trouver les larves à l'aisselle des feuilles se nourrissant d'anthères et de pollen tombés. Les larves se nourrissent également des soies. Quand tout le pollen a été libéré, les larves se déplacent vers l'extrémité de l'épi et s’attaquent aux grains en développement (figure 4).

Larve de ver-gris occidental du haricot;

Figure 4. Larve de ver-gris occidental du haricot; notez les bandes brunes derrière la tête. Les bandes n’apparaissent que vers les derniers stades larvaires.

Les larves des premiers stades de développement se distinguent par la présence de taches discrètes en forme de diamant le long du dos. Les larves matures présentent plutôt des bandes brunes derrière la tête.

Les larves matures se nourrissent à l'extrémité de l'épi et creusent des galeries dans l'épi pour accéder aux grains. Les larves quittent le plant où les œufs ont été déposés et infestent les plants voisins, tant sur un même rang que sur d’autres rangs. Après avoir franchi au moins six stades de croissance en 55 jours environ, les larves tombent au sol et s’y enfouissent pour créer une logette d’hivernation. En fonction de la texture du sol, les logettes peuvent se trouver jusqu’à 40 cm de profondeur dans un sol grossier, mais la moyenne est d’environ 20 cm pour l’ensemble des types de sol. Le taux de mortalité hivernale dans des conditions naturelles est d'environ 60 %, mais les taux de survie sont plus élevés dans les sols de texture grossière.

Dommages

Les dommages sont généralement répartis au hasard dans le champ, comme l'indique la carte de rendement de la figure 5, où les zones rouges représentent des secteurs fortement infestés par le ver-gris occidental du haricot. Les larves au dernier stade de croissance détruisent les grains à l'extrémité de l'épi et le long de l'épi. La plupart des larves demeurent à moins de 1,7 mètre de leur plant d'origine. Quand elles se déplacent vers les plants adjacents, les larves peuvent laisser de nombreux épis endommagés dans leur sillage. Le point d'entrée à travers les spathes, lorsque les larves creusent une galerie dans l'épi, peut permettre l’infection par des agents pathogènes responsables de pourritures d'épi et d’éventuelles mycotoxines. Les dommages à l'extrémité de l'épi peuvent être confondus avec ceux causés par le ver de l'épi du maïs; toutefois, dans le cas de ce dernier, on ne trouve habituellement qu’un seul individu sur l’épi, tandis les épis endommagés par le ver-gris occidental du haricot sont souvent infestés par plusieurs larves en même temps. La consommation directe de grains équivaut à une perte moyenne variant d'un peu moins de 251 kg/ha jusqu’à 942 kg/ha.

 Carte de rendement d’un champ infesté par le ver-gris occidental du haricot

Figure 5. Carte de rendement d’un champ infesté par le ver-gris occidental du haricot. Image de Mike Weiss.

Gestion

Mesures préventives

La protéine Vip3A de Bacillus thuringiensis (Bt) est actuellement la seule transformation Bt qui permet de lutter contre le ver-gris occidental du haricot. Les produits de maïs TreceptaMD Refuge IntégralMD contiennent la protéine Vip3A et peuvent aider à combattre le ravageur. Les autres pratiques culturales telles que modifier la date de semis et travailler le sol pour détruire les logettes de nymphose sont peu utiles.

Mesures adaptatives

Le calendrier de dépistage du ver-gris occidental du haricot peut être amélioré soit à l’aide de pièges sexuels disposés près des champs de maïs ou d’un modèle expérimental permettant de prévoir l'émergence des papillons. Bien que ces deux stratégies puissent aider à établir le calendrier des interventions de dépistage, elles ne peuvent pas être utilisées pour déterminer la nécessité d'une mesure de gestion adaptée. Le dépistage doit être axé sur le stade de développement du maïs, de la mi-juin jusqu’en juillet. La femelle préfère déposer ses œufs sur les plants dont la panicule est sur le point de sortir. Bien que l’oviposition puisse se produire certaines années sur le maïs au stade du verticille, les larves ne survivent pas en se nourrissant uniquement de tissus végétatifs et ont besoin de tissus reproducteurs ou de pollen pour achever leur développement.

L'échantillonnage consiste à compter le nombre de masses d'œufs ou de petites larves sur 20 plants consécutifs, en cinq endroits du champ, car les femelles pondent de façon aléatoire dans le champ. Répétez l’intervention tous les cinq jours jusqu'à ce que la période de ponte soit terminée. Les années où les plants de maïs se développent à un rythme extrêmement variable dans le champ, la période d’oviposition peut être beaucoup plus longue.

Si le risque de mycotoxines est faible et que la principale préoccupation est liée aux dommages directs, alors un seuil économique de 5 % à 8 % (cinq à huit plants sur 100) de plants infestés de masses d'œufs ou de petites larves devrait être utilisé. Dans les zones où on doit se méfier des mycotoxines, le seuil inférieur de 5 % de plants infestés devrait être utilisé. En outre, le seuil économique dans cette situation est additif. Par exemple, si le taux d'infestation est de 2 % pour le premier échantillonnage et que, cinq jours plus tard, le deuxième échantillonnage révèle que 3 % des plants sont infestés, le seuil est atteint (2 % + 3 % = 5 %). De plus, si la présence de mycotoxines est préoccupante, il est recommandé d'ajouter un fongicide à l'insecticide appliqué à R1.

Les recommandations concernant les insecticides et les fongicides peuvent changer. Veuillez consulter votre fournisseur de produits phytosanitaires pour connaître les produits homologués.

Roundup Ready Technologie logo