Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

dimanche, mai 30, 2021

Maladies du canola, Canola, Hernie des crucifères

A rotary hoe in a field.

La hernie des crucifères dans le canola

La hernie des crucifères, causée par le protiste tellurique Plasmodiophora brassicae, est une maladie holoparasite sérieuse et dévastatrice dans le canola et autres crucifères comme le brocoli, les choux de Bruxelles, le chou-fleur, le chou et la moutarde (Figure 1). Les mauvaises herbes comme le tabouret des champs (Thlaspi arvense), la bourse-à-pasteur (Capsella bursa-pastoris), la sagesse-des-chirurgiens (Descurainia sophia) et celles de la famille des moutardes sont des hôtes de la maladie. Un protiste est un organisme doté de caractéristiques végétales, animales et fongiques. Un holoparasite dépend complètement de son hôte pour sa nourriture, sa reproduction, son habitat et sa survie.

Galles de la hernie des crucifères sur les racines du canola

Figure 1. Galles de la hernie des crucifères sur les racines du canola. Leduc, ND (2018) Bayer owned picture. Xuehua Zhang. Needs uploaded to AEM.

La hernie des crucifères était un problème reconnu dans les légumes crucifères pendant plusieurs années en Ontario, au Québec, en Colombie-Britannique et dans les provinces maritimes du Canada avant d’être observée dans le canola.1 En 2003, la hernie des crucifères a été confirmée dans le canola dans des champs près d’Edmonton, Alberta et s’est propagée depuis dans toutes les régions de production du canola du Canada et dans le Dakota du Nord aux États-Unis (2013).2,3 En 2007, il a été déclaré que P. brassicae était un ravageur en Alberta, ce qui a entraîné la Stratégie de lutte de l’Alberta contre la hernie des crucifères. En 2020, plus de 3 000 champs de l’Alberta ont subi des taux d’incidence variables; inférieurs à 30 pour cent et supérieurs à 60 pour cent d’infestation.1

Le potentiel de perte de rendement dépend du temps d’infection, de l’humidité du sol, de la température du sol, de la charge de spores, du pH et de la texture du sol, du génotype de l’hôte, du pathotype du pathogène et autres facteurs. Si la maladie se développe tôt en présence de conditions favorables, avec une charge de spores moyenne à élevée, la perte de rendement peut atteindre le 100 pour cent. Si les charges de spores sont peu élevées et les conditions environnementales ne favorisent pas le développement de la maladie, la perte de rendement peut être peu élevée ou nulle.1 La recherche sur le canola en Suède a démontré qu’un champ infesté à 100 pour cent pouvait subir une perte de rendement de près de 50 pour cent. De plus, des infestations de 10 à 20 pour cent ont perdu 5 à 10 pour cent de rendement. 2

Cycle de vie (Figure 2)

Les oospores Plasmodiophora brassicae telluriques à longue vie (peuvent survivre jusqu’à 20 ans), stimulés par les exsudats des racines de canola, germent au printemps et produisent des zoospores qui nagent dans l’eau du sol vers les poils radiculaires. L’infection se propage par les poils ou autres blessures. Le pathogène se transforme en une cellule similaire à une amibe qui se reproduit et se joint à d’autres cellules semblables pour former un protoplasme avec plusieurs noyaux (un plasmode). La masse se divise pour former plusieurs zoospores secondaires qui sont relâchées dans le sol. Les zoospores secondaires infectent à nouveau l’hôte original et les plantes adjacentes et envahissent l’intérieur des racines. Les cellules de type amibe se multiplient encore, forment une autre masse capable de modifier les hormones de la plante poussant les cellules corticales radiculaires à enfler et former des nodules ou galles (Figure 3). De nouvelles oospores sont produites dans les galles. Des millions de spores sont relâchées dans le sol suite à la décomposition des galles. 2

Cycle de vie de  Plasmodiophora brassicae

Figure 2. Cycle de vie de Plasmodiophora brassicae. Autorisation d’utilisation accordée par Dre Sally Miller, Université de l’état de l’Ohio.

Galles de la hernie des crucifères sur les racines de canola

Figure 3. Galles de la hernie des crucifères sur les racines de canola. Alberta, Canada (2017).

Environnement favorable

  • Sol chaud (20 à 24°C)
  • Sol à teneur élevée en humidité
  • Acidité du sol (pH inférieur à 6.5)

Propagation du pathogène

Les oospores peuvent se déplacer vers de nouvelles zones par l’eau de ruissellement, par le vent, l’équipement contaminé et sur les pattes et pieds de la faune et des humains. Il est donc important de minimiser l’érosion par l’eau et par le vent et de nettoyer l’équipement, les chaussures et les bottes avant de quitter un champ infesté. Il n’est pas facile de gérer la faune, mais on doit demander aux chasseurs de nettoyer leurs souliers et bottes avant de changer de champ. On devrait nettoyer les pattes des chiens de chasse également!

Symptômes d’infection

L’infection de la hernie des crucifères peut ressembler à d’autres problèmes agronomiques; les plantes doivent donc être déterrées pour vérifier la formation de galles sur les racines. Les galles absorbent l’eau et les nutriments et empêchent leur transport dans la plante, ce qui fait flétrir les plantules qui rabougrissent et jaunissent (Figure 4). Ces symptômes peuvent ressembler à une carence en nutriments, à d’autres maladies comme la jambe noire ou la fusariose vasculaire, la sécheresse ou l’engorgement du sol ou des blessures d’insectes. Dans le cas d’une infection tardive, aucun symptôme n’apparaît sur les plantules, mais les plantes mûrissent prématurément et les grains ratatinent. Si les plantes sont déterrées presque à maturité, les galles peuvent être détériorées, brunes et difficiles à observer contrairement aux galles plus hâtives qui sont blanches.2

Canola yellowing associated with clubroot

Figure 4. Jaunissement du canola associé à la hernie des crucifères. Leduc, ND (2018). Le jaunissement peut être causé par d’autres facteurs; il faut donc observer les racines pour pouvoir identifier la hernie des crucifères.

Résistance des produits de canola

Plusieurs pathogènes, incluant Plasmodiophora brassicae, peuvent développer de nouveaux pathotypes ou souches. En date de février 2021, 36 pathotypes P. brassicae pathotypes (souches) ont été identifiés et ce nombre va sans doute augmenter. 4 Des hybrides de canola résistants à plusieurs souches de la hernie des crucifères sont couramment disponibles. Certains nouveaux hybrides résistants à la hernie des crucifères sur le marché contiennent une ou plusieurs différentes sources de résistance à la hernie des crucifères; « résistance de la génération suivante ». Tant que les hybrides de canola résistants à la source d’origine continuent à bien performer dans les champs avec des populations déclarées de hernie des crucifères, le semis d’hybrides résistants de la génération suivante n’est peut-être pas nécessaire à ce stade-ci. Il est par contre important d’envoyer des échantillons de sol et de plantes aux laboratoires approuvés pour l’identification de la hernie des crucifères pour confirmer sa présence et si possible, identifier le pathotype responsable. Les produits d’hybrides résistants de la génération suivante devraient être semés selon le cas et utilisés avec d’autres méthodes de gestion pour aider à lutter contre cette maladie et diminuer la production de spores.

Gestion

  • Le dépistage devrait se faire sur une base hebdomadaire chaque année pendant la saison pour bien être au courant du développement des maladies, des activités des insectes, de la croissance des mauvaises herbes, des carences nutritives, des dommages chimiques et autres problèmes agronomiques. Si les plantes ne semblent pas saines, les parties aériennes et souterraines doivent être examinées pour en connaître la cause. Les chaussures et l’équipement de dépistage doivent être nettoyés avant de changer de champ. Lors du dépistage dans les cultures en alternance, il faut surveiller la présence de mauvaises herbes sensibles à la hernie des crucifères.
  • La rotation des cultures est cruciale dans la lutte contre cette maladie et peut aider à diminuer l’infestation opportuniste dans les champs “propres” et possiblement aider à diminuer l’impact négatif de la hernie des crucifères si elle est déjà présente. Alterner avec des cultures qui ne sont pas des hôtes de la hernie des crucifères peut aider à diminuer la production de spores.
  • Dans les endroits où la hernie des crucifères a été observée, l’équipement devrait être nettoyé avant de quitter un champ pour aller dans un autre champ afin d’aider à diminuer les risques de déplacer des spores. Les chaussures et les bottes doivent être également nettoyées. Lors des déplacements hors ferme, restez attentifs aux risques potentiels de transporter des spores de la hernie des crucifères sur votre ferme.
  • Mettre en place des méthodes de conservation pour aider à diminuer le ruissellement et l’érosion éolienne.
  • Semer des hybrides de canola résistants à la hernie des crucifères si le champ ou les champs adjacents sont réputés héberger des spores de hernie des crucifères. Si la hernie des crucifères a été observée dans votre région, songer à semer des hybrides résistants à la hernie des crucifères. Prôner une séquence de rotation minimale de deux ans avec le canola (rotation des cultures de 1 an sur 3 ans) pour aider à diminuer la charge de spores et diminuer la résistance des pathotypes de la hernie des crucifères. Lorsque le canola est semé de nouveau, à cause de la résistance des pathotypes à la hernie des crucifères, semer un hybride de canola adapté et doté d’autres sources de résistance. Une pause de deux ans en canola peut entraîner une diminution de 90% de la production d’oospores de hernie des crucifères. 2
  • Les mauvaises herbes hôtes de la hernie des crucifères devraient être supprimées. Le canola spontané dans les cultures en rotation doit être supprimé pour aider à diminuer le potentiel de production de spores additionnelles.
  • Gérer zones de champs où la hernie des crucifères a été observée. Éviter le travail du sol et autres travaux aratoires sur ces zones, car les spores peuvent être transportées, agrandissant la zone affectée et possiblement infester de nouvelles zones des champs. Songer à semer ces zones en graminées pour garder le sol en place. L’application de chaux sur ces zones peut aider à diminuer la grosseur des galles et restreindre la concentration des spores. Dans certains cas, les fumigants de sol peuvent être utilisés pour tuer les oospores; par contre d’autres microorganismes bénéfiques du sol peuvent être également tués.

Sources

1Barnes, A. Clubroot. Canola Encyclopedia. Canola Council of Canada. https://www.canolacouncil.org/canola-encyclopedia/diseases/clubroot/

2Hartman, M. 2015. Clubroot disease of canola and mustard. AGRI_FACTS. Practical Information for Alberta’s Agriculture Industry. Agdex 140/638-1. Alberta Government. www.agriculture.alberta.ca.

3Chittem, K., Mansouripour, S.M., and del Río Mendoza, L.E. 2014. First report of clubroot on canola caused by Plasmodiophora brassicae in North Dakota. Plant Disease. Vol. 98, No. 10. The American Phytopathological Society. https://apsjournals.apsnet.org/doi/10.1094/PDIS-04-14-0430-PDN.

4Barnes, A. 2021. Clubroot. Canola Council of Canada.

 

Déclarations légales

TOUJOURS LIRE ET SE CONFORMER AUX DIRECTIVES DE L’ÉTIQUETTE DES PESTICIDES. La performance peut varier d’un endroit à l’autre et d’une année à l’autre, car les conditions locales, le sol et les conditions climatiques peuvent varier. Les producteurs devraient évaluer les données de plusieurs endroits et années lorsque possible et devraient prendre en considération les impacts de ces conditions sur leurs champs.

DEKALBMD est une marque déposée de Bayer Group. Utilisé sous licence. ©2021 Bayer Group. Tous droits réservés. 1026_S4_CA