Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

vendredi, août 13, 2021

Combattre le tétranyque à deux points dans les champs de soya

Les infestations de tétranyques à deux points sont généralement associées à des conditions de sécheresse, et les populations peuvent augmenter rapidement lorsque la sécheresse s’aggrave. Plus de 1 200 espèces de plantes dans le monde ont été répertoriées comme hôtes du tétranyque à deux points. La violette, la stellaire moyenne, le phytolaque d’Amérique, la moutarde des champs, le lamier amplexicaule, la vesce et la ronce sont des hôtes habituels, souvent à l'origine des infestations qui apparaissent dans les cultures adjacentes.

Description

Les œufs du tétranyque à deux points sont très petits, globulaires et translucides et sont pondus sur la face inférieure des feuilles. C’est une larve vert pâle à six pattes qui éclot de l'œuf. On compte deux stades nymphaux (protonymphe et deutonymphe) entrecoupés d’une première période de repos entre les deux et d’une seconde entre la deutonymphe et l'adulte. Les nymphes sont vert pâle, présentent des marques plus foncées et possèdent huit pattes. La femelle adulte mesure environ 0,3 mm de long, est vert pâle ou jaune verdâtre avec deux taches plus foncées sur le corps et a une forme ovale avec de longs poils sur la face dorsale (figure 1). Les femelles hivernantes sont de couleur rouge-orange. Le mâle possède un corps plus petit, plus étroit et plus pointu que celui de la femelle. Bien que le tétranyque soit visible à l'œil nu, les détails ne peuvent être observés qu'à la loupe (dans le champ) ou au microscope.

Tétranyques à deux points femelles.

Figure 1. Tétranyques à deux points femelles.
Photo gracieusement offerte par Frank Peairs, Colorado State University, Bugwood.org.

Biologie

Dans les climats plus chauds, les tétranyques à deux points passent l'hiver sous forme d'adultes enfouis dans le sol ou sur des mauvaises herbes hôtes. Si l’hiver est doux, ils continuent à se nourrir et à pondre des œufs, mais leur développement est beaucoup plus lent qu'en été. Dans les zones où l’hiver est rigoureux, le tétranyque passe la saison froide dans le sol, puis commence à se nourrir sur les mauvaises herbes hôtes lorsque le temps se réchauffe. Le ravageur se développe rapidement, en particulier par temps chaud. À la température optimale de développement, soit 30 à 32 °C, le cycle de vie complet ne prend que huit à 12 jours (stade de l'œuf de trois à cinq jours, stades larvaires/nymphaux de quatre à cinq jours et période préalable à la ponte ou pré-oviposition d'un à deux jours). Une femelle peut pondre en moyenne 90 à 110 œufs pendant sa vie qui dure environ 30 jours. Les tétranyques commencent à se disperser lorsque les dommages causés aux mauvaises herbes hôtes deviennent importants. Pour ce faire, ils utilisent la technique dite de la montgolfière, c’est-à-dire qu’ils migrent vers le sommet de leur plante hôte d'origine, puis se laissent emporter sur une distance considérable par la moindre brise.

Comment le tétranyque à deux points endommage-t-il le soya?

Les tétranyques se nourrissent en perçant les cellules et en aspirant le liquide qu'elles contiennent. Cette blessure se traduit par des pointillés blancs ou jaunes sur la face inférieure de la feuille (figure 2).

Dommages infligés aux feuilles de soya par le tétranyque à deux points.

Figure 2. Dommages infligés aux feuilles de soya par le tétranyque à deux points.
Photo gracieusement offerte par Whitney Cranshaw, Colorado State University, Bugwood.org.

Au fur et à mesure que l’activité des tétranyques se poursuit, la capacité photosynthétique des feuilles diminue et la perte d'eau augmente considérablement. Si la population de tétranyques continue à augmenter, les feuilles passent du gris-vert au jaune, puis au cuivre, avant de tomber. Les dommages entraînent une réduction de la formation des gousses et de la taille des grains. On confond parfois les symptômes avec ceux de la sécheresse. Les dommages apparaissent souvent sur les feuilles inférieures, puis progressent vers le haut de la plante. Si un insecticide ou un acaricide est appliqué, le champ doit être réévalué après l'application pour déterminer si un autre traitement est requis. La période critique de réaction maximale aux dommages sur les plants est de R3 à R4.

Comment identifier la présence de tétranyques à deux points dans le soya?

Commencez par inspecter les plants de soya près des bords du champ ou dans les zones qui présentent des symptômes s’apparentant à ceux d’un stress de sécheresse. Portez une attention particulière aux secteurs situés près d’un champ de luzerne fauchée depuis peu. Arrachez des plants et examinez les feuilles en commençant par celles du bas. Si vous remarquez des pointillés ou des toiles de fils de soie, examinez la surface à l'aide d'une loupe ou tapotez les feuilles sur un bout de papier blanc fixé à une planchette à pince. Il n'est pas important de compter les tétranyques, mais seulement de confirmer leur présence. Pour déterminer à quel point le ravageur s’est répandu, déplacez-vous d’au moins 30 mètres vers l’intérieur du champ et effectuez un circuit en forme de U en examinant deux plants à 20 endroits le long du parcours. Il est important d’évaluer la population tous les quatre à cinq jours lorsque les conditions sont favorables, car elle peut exploser en très peu de temps.

Existe-t-il un traitement spécifique contre les tétranyques à deux points dans le soya?

Aucun seuil économique d’intervention absolu n’est reconnu, mais les lignes directrices suivantes sont utiles pour prendre une décision. En Ontario, le seuil d’intervention recommandé est de quatre tétranyques par foliole ou un plant gravement infesté avant le remplissage des gousses.

Pourquoi les populations de tétranyques à deux points augmentent-elles si rapidement par temps de sécheresse?

Les conditions de sécheresse incitent les populations de tétranyques à migrer vers le soya parce que les plantes hôtes d'origine se dessèchent ou ont été récoltées (dans le cas de la luzerne) et qu’elles améliorent les qualités nutritives du soya pour le tétranyque. De plus, la sécheresse diminue la quantité d’agents pathogènes fongiques naturels qui attaquent le tétranyque. Dans ces conditions, les prédateurs ne parviennent pas à limiter l’accroissement de la population du tétranyque à deux points.

Quelles sont les options si le puceron du soya et le tétranyque à deux points atteignent tous deux des niveaux nuisibles?

Bien que cela soit rare, il arrive que les deux ravageurs atteignent en même temps des populations justifiant un traitement. Il est plus fréquent que l'un des deux parvienne au seuil d’intervention pendant que l'autre est présent sous le seuil économique. Dans un cas comme dans l'autre, il faut faire attention au choix de l'insecticide ou de l'acaricide à utiliser car il peut avoir un impact sur le ravageur. Certains insecticides peuvent entraîner une recrudescence des populations d'acariens car ils risquent d’éliminer les prédateurs bénéfiques et de favoriser un accroissement du potentiel de reproduction du ravageur. Consultez votre fournisseur de produits phytosanitaires pour obtenir des recommandations sur un produit approprié.

Sources

Ostlie, K and Potter, B. 2018. Managing spider mite on soybean. University of Minnesota Extension.
https://extension.umn.edu/soybean-pest-management/managing-spider-mite-soybean.

Baute, T. 2020. Spidermites are thriving in 2020 – be vigilant.; Field crop news. Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs.
https://fieldcropnews.com/2020/07/spidermites-are-thriving-in-2020-be-vigilant/.

Reisig, D. 2020. Spider mites on soybean. North Carolina State University Extension.
https://content.ces.ncsu.edu/spider-mites-in-soybean.

Legal Statements