Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

mercredi, août 18, 2021

Syndrome de la mort subite du soya

Le syndrome de la mort subite (SMS), qui a été observé pour la première fois à Chatham il y a 26 ans, est devenu un problème commun qui limite de plus en plus le rendement du soya dans l’Est du Canada. Le SMS peut généralement être observé dans la plupart des champs de soya dans cette région. La perte de rendement est très variable et dépend de la gravité de l’infection initiale, de la sensibilité de la variété, des conditions météorologiques et des populations de nématodes à kyste du soya. Les pertes de rendement sont de l’ordre de 10 % à 20 % en cas de pression de maladie modérée, mais elles peuvent atteindre 50 % lorsque la pression de maladie est forte1. Des pertes totales ont déjà été signalées dans quelques champs. La maladie est bien établie dans le Sud de l’Ontario et, selon des données d’une étude récente, son incidence est plus élevée dans les comtés de Chatham, Elgin, Norfolk et Essex2. La maladie a également été signalée récemment à Middlesex, North London et Perth2,3.

Cycle de la maladie et symptômes

Le SMS est causé par un champignon du sol appelé Fusarium virguliforme. Ce champignon hiverne dans des résidus de culture et dans le sol. L’infection peut se produire peu après le semis, mais les symptômes foliaires apparaissent généralement après la floraison, pendant le remplissage des gousses. Le SMS est favorisé par un environnement productif, un sol compacté et du temps frais et pluvieux après le semis. En outre, des populations moyennes ou élevées de nématodes à kyste du soya sont associées au SMS et peuvent accroître la sévérité de la maladie.

Symptômes foliaires : La maladie se manifeste par des taches chlorotiques qui se forment entre les veines des folioles en fin de saison. Les taches s’agrandissent et forment de grandes zones irrégulières qui deviennent brunes et qui finissent par mourir. Dans bien des cas, les folioles touchées tombent, laissant les pétioles attachés à la tige (figure 1), et les fleurs et les gousses des plants infectés avortent.

Progression des symptômes foliaires du syndrome de la mort subite. Au début, des taches jaunes apparaissent sur les feuilles, entre les veines (en haut à gauche), puis les lésions deviennent brunes et des trous apparaissent dans les feuilles (en haute à droite). Les feuilles s’enroulent (en bas à gauche), puis se déchirent (en bas au centre), avant que leurs limbes tombent, laissant les pétioles attachés à la tige (en bas à droite).

Figure 1. Progression des symptômes foliaires du syndrome de la mort subite. Au début, des taches jaunes apparaissent sur les feuilles, entre les veines (en haut à gauche), puis les lésions deviennent brunes et des trous apparaissent dans les feuilles (en haute à droite). Les feuilles s’enroulent (en bas à gauche), puis se déchirent (en bas au centre), avant que leurs limbes tombent, laissant les pétioles attachés à la tige (en bas à droite).

Symptômes des tiges et des racines : La brûlure phomopsienne et la pourriture brune des tiges causent des symptômes similaires à ceux causés par le SMS. Pour différencier ces maladies, il importe de déterrer des plants afin d’inspecter les racines et de fendre les tiges dans le sens de la longueur. La moelle des plants atteints du SMS est blanche; toutefois, le cortex de la tige peut également montrer une décoloration brune ou grise (figure 2). Il peut arriver que des masses de spores blanc bleuté puissent être aperçues sur les racines (figure 3). En revanche, la moelle des plants infectés par la pourriture brune des racines devient beige ou brune près du collet et des nœuds de la tige (figure 4).

La moelle des plants atteints du SMS est généralement blanche (à gauche), mais il peut également y avoir des stries beiges ou brunes dans le tissu vasculaire (à droite).

Figure 2. La moelle des plants atteints du SMS est généralement blanche (à gauche), mais il peut également y avoir des stries beiges ou brunes dans le tissu vasculaire (à droite).

Les racines des plants de soya atteints du SMS peuvent présenter des croissances de Fusarium virguliforme, le champignon responsable de la maladie.

Figure 3. Les racines des plants de soya atteints du SMS peuvent présenter des croissances de Fusarium virguliforme, le champignon responsable de la maladie. Photo fournie par Daren Mueller, Iowa State University, Bugwood.org.

La moelle des plants de soya atteint de pourriture brune des tiges devient beige ou brune près des nœuds et du collet.

Figure 4. La moelle des plants de soya atteint de pourriture brune des tiges devient beige ou brune près des nœuds et du collet.

En cas de doute, n’hésitez pas à faire analyser des échantillons par un laboratoire afin de déterminer la cause des symptômes.

Gestion

Les pertes de rendement varient de faibles à presque totales et dépendent du moment de l’apparition de la maladie et de la sévérité de la maladie. La gestion du SMS repose sur les pratiques qui aident à réduire le risque d’infection avant même l’ensemencement :

  • Le choix de variétés de soya tolérantes ou résistantes au SMS et au nématode à kyste du soya est crucial.
  • La réduction de la densité des populations des nématodes à kyste du soya à l’aide de variétés résistantes et de rotations de cultures judicieuses peut aider à réduire l’incidence du SMS.
  • La semence devrait être traitée avec un fongicide. Les fongicides foliaires sont inefficaces puisque l’infection survient dans le système racinaire.
  • L’amélioration du drainage du champ par l’installation de drains souterrains ou par le nivellement du terrain devrait être considérée.
  • La compaction du sol devrait être remédiée doit par un travail profond du sol ou par des pratiques de gestion qui réduisent le risque de compaction. Des variétés hâtives peuvent réduire l’impact de la maladie.
  • Considérez semer tardivement lorsque le sol est plus sec et plus chaud.

Sources

1 King, C. 2015. Soybean sudden death syndrome. Top Crop Manager.
https://www.topcropmanager.com/soybean-sudden-death-syndrome-16502/.

2 Isaacs, J. 2020. Sudden death syndrome continues to spread in southern Ontario. Top Crop Manager.
https://www.topcropmanager.com/sudden-death-syndrome-continues-to-spread-in-southern-ontario/.

3 Pearce, R. 2021. Sudden death syndrome threat in soybeans is climbing. Country Guide.
https://www.country-guide.ca/crops/sudden-death-syndrome-threat-in-soybeans-is-climbing.

Mueller, D., Bradley, C., Chilvers, M., Freije, A., Giesler, L., Sisson, A., Smith, D., Tenuta, A., and Wise, K. 2016. Sudden Death Syndrome. Crop Protection Network.
https://cropprotectionnetwork.org/resources/publications/sudden-death-syndrome.

Sudden Death Syndrome of Soybean. Crop Protection Network.
https://cropprotectionnetwork.org/resources/articles/diseases/sudden-death-syndrome-of-soybean.

Jardine, D.J. 2020. Sudden death syndrome. Soybean Diseases. Soybean Research & Information Network.
https://soybeanresearchinfo.com/soybean-disease/sudden-death-syndrome/.

Meiring, B., Dorrance, A., and Mills, D. 2011. Sudden death syndrome of soybean. AC-44. Ohioline. The University of Ohio State.
https://ohioline.osu.edu/.

Giesler, L. J. Sudden Death Syndrome. University of Nebraska-Lincoln. Cropwatch.
https://cropwatch.unl.edu/sudden-death-syndrome.

Westphal, A, Abney, T.S., Xing, L.J., and Shaner, G.E. 2008. The Plant Health Instructor.
Sudden death syndrome of soybean.
https://www.apsnet.org/edcenter/disandpath/fungalasco/pdlessons/Pages/SuddenDeath.aspx.

Avis juridique