Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

vendredi, juillet 23, 2021

Utiliser le maïs endommagé par la grêle et le détachement en vert pour en faire de l’ensilage

Le maïs endommagé par la grêle ou le détachement en vert (cassure spontanée) peut être récolté en ensilage; par contre, certains facteurs doivent être pris en considération. Lorsque vous êtes dans une situation où le maïs a été affecté par la grêle ou le détachement en vert, la première étape est de communiquer avec votre agent d’assurances. Il est important de savoir quelles sont les restrictions du programme du gouvernement et quelles sont vos obligations en cas de grêle ou d’assurance sur le revenu.

Quel est le meilleur moment pour récolter un maïs endommagé en vue d’en faire de l’ensilage?

Le temps de récolte variera selon le stade de maturité au moment du dommage et la sévérité de la grêle ou du détachement en vert.

Quand un champ de maïs est endommagé par la grêle alors qu’il est au stade de reproduction, il est habituellement conseillé de retarder la récolte pour au moins une semaine ou plus après les dommages. Ceci permet au plant de maïs de s’assécher à une teneur en humidité plus acceptable. L’ensilage devrait avoir une teneur en humidité inférieure à 67 % (33 % matière sèche) pour optimiser la fermentation en vue d’un entreposage dans un silo vertical. S’il est prévu que l’ensilage sera entreposé dans un silo meule, fosse ou en amas, la teneur en humidité ne devrait pas être supérieure à 70 % (30 % matière sèche). Il est habituellement conseillé de laisser le plant s’assécher sauf si les tiges sont endommagées à un tel point que la verse devient problématique. Le maïs endommagé par la grêle (Figure 1) atteint sa maturité physiologique plus, mais prend plus de temps à sécher.

Tige de maïs endommagée par la grêle

Figure 1. Tige de maïs endommagée par la grêle.

La date de récolte au stade V12 à R2 pour le maïs endommagé par le détachement en vert peut varier selon le pourcentage de détachement en vert par rapport au pourcentage de plants non endommagé dans la population. Si le détachement en vert est catastrophique (plus de 50 %), la meilleure option est de battre en ensilage dès que possible. Les plants morts ou fortement endommagés peuvent pourrir au champ et doivent donc être récoltés dès que possible. Dans ce cas, le producteur doit gérer un ensilage avec une teneur en humidité plus élevée que désiré. Battre le plus tôt possible, produira un ensilage de meilleure qualité que si la récolte est retardée, car les plants morts et pourris affecteront la qualité de l’ensilage. Si moins de 50 % des plants sont endommagés par le détachement en vert, attendre à la date habituelle pour battre en ensilage. Les plants ayant survécu peuvent compenser, jusqu’à un certain point, pour les plants manquants. Attendre pour battre au bon moment (autour de 65 % d’humidité du plant entier) a l’avantage de produire un aliment de meilleure qualité, avec une teneur plus élevée en amidon, que de produire un aliment récolté au stade végétatif tardif.

Quel est le potentiel de rendement attendu d’une culture endommagée par la grêle ou le détachement en vert?

Le potentiel de rendement dépend de la sévérité du dommage causé par la grêle ou le détachement en vert. Si les épis sont assez bien développés, les feuilles représentent environ 15 à 20 % de la matière sèche totale d’un plant de maïs.3 Conséquemment, si une grêle survient à ce stade de croissance, il est possible d’évaluer partiellement le potentiel de rendement si les feuilles sont déchirées et que le reste de la plante est à peu près intact (Figure 2). Si les épis ne sont pas bien développés, les feuilles peuvent donc représenter jusqu’à 40 % de la matière sèche. Les données de l’université d’État de la Pennsylvanie démontrent que 25 % de défoliation survient au stade laiteux, une diminution du rendement d’environ 15 % est possible avec une teneur en matière sèche totale supérieure à celle d’un maïs non endommagé. À 100 % de défoliation, la diminution du rendement est d’environ 41 % et la teneur en matière sèche est comparable à un maïs non endommagé.4

Maïs endommagé par la grêle

Figure 2. Maïs endommagé par la grêle.

Le potentiel de rendement est remarquablement affecté par le détachement en vert même lorsque comparé à celui d’une culture endommagée par la grêle. Le détachement en vert du maïs survient habituellement à deux différentes phases pendant le développement du maïs. Le détachement en vert peut survenir aussi tôt qu’aux stades V5 à V8 alors que les champs ne sont habituellement pas prêts à récolter. Par contre, la deuxième phase où le détachement en vert peut survenir est pendant les stades de croissance rapide, du stade V12 au stade R12. Si le détachement en vert survient pendant ces stades de croissance, il est possible de sauver la culture en la récoltant en ensilage. La cassure causée par le détachement en vert est habituellement située à la hauteur ou près du nœud primaire de l’épi. C’est seulement si le détachement en vert a causé des dommages catastrophiques, occasionnant un pourcentage élevé de plants brisés, que le producteur devrait songer à récolter son maïs en ensilage. À ce stade de croissance, l’épi a juste commercé à se développer , prenant pour acquis que le haut du plant est resté attaché à la tige, le potentiel de rendement d’une culture récoltée tôt après le détachement en vert, ne serait que de 35 à 40 % du rendement standard attendu.1 Si moins de 50 % des plants sont endommagés par le détachement en vert, attendre au temps de récolte habituel pour récolter la culture en ensilage. Les plants ayant survécu peuvent compenser, à un certain point, pour les plants manquants. Attendre pour récolter la culture au bon temps (environ 65 % de teneur en humidité plant entier) offre les avantages d’une production supérieure avec un aliment de qualité supérieure ainsi qu’une teneur en amidon plus élevée que l’aliment récolté au stade de croissance végétatif tardif. Le potentiel de rendement, si le détachement en vert n’est pas catastrophique, dépend du pourcentage de plants cassé dans la population, de l’uniformité du dommage sur la superficie du champ et de la capacité du maïs non cassé à compenser (flexibilité de l’épi). Le niveau de dommage est souvent très variable dans le champ, le potentiel de rendement peut donc être difficile à évaluer.

Quels sont les principaux facteurs qui influencent la probabilité du détachement en vert?

Tige de maïs endommagée par le détachement en vert

Figure 3. Tige de maïs endommagée par le détachement en vert.

  • Caractéristiques des produits de maïs. Le potentiel de détachement en vert est évalué pour la plupart des produits de maïs et les évaluations peuvent varier grandement entre les produits. Par contre, en présence de certaines conditions, tous les produits peuvent subir des dommages de détachement en vert.
  • Conditions environnementales. La vitesse et la direction du vent ainsi que les fluctuations de températures sont des facteurs importants qui affectent la fréquence du détachement en vert pendant un vent violent. Lorsque les températures sont chaudes, les plants de maïs sont plus flexibles et capables de plier, ce qui les rend moins fragiles et sensibles aux dommages par le vent. Par contre lorsqu’il fait frais et qu’il vente, le maïs est beaucoup plus fragile et sujet au détachement en vert.
  • Pratiques de gestion. Les populations de maïs élevées favorisent le détachement en vert, car la concurrence pour les nutriments, l’eau et la lumière peuvent stimuler la grandeur des plantes et diminuer la circonférence des tiges. Des teneurs élevées de nitrates peuvent également favoriser le détachement en vert. Le maïs fertilisé pour optimiser le potentiel de rendement peut grandir plus rapidement, ce qui produit des plants frêles et sujets au bris.6

Question – Quel est l’impact de la grêle et du détachement en vert sur la qualité de l’aliment ?

L’une des principales préoccupations quant à la qualité de l’aliment est comment la grêle ou le détachement en vert affectent la teneur en amidon de l’ensilage. Toute perte en surface foliaire, celle-ci étant l’industrie qui fabrique le grain, pendant les stades de reproduction, peut affecter la teneur en amidon de l’ensilage. Une grêle catastrophique qui détruit 100 % de la surface foliaire pendant la pollinisation ou un pourcentage élevé de plants brisés dû au détachement en vert peut diminuer la teneur en amidon de l’ensilage jusqu’à zéro.2 Un ensilage de maïs de qualité devrait avoir une teneur en amidon de 25 à 35 %.8

Avis: Tout plant de maïs endommagé par le détachement en vert à la hauteur du noeud de l’épi ou dessous celui-ci produira sans doute très peu de grain ou d’amidon. La grêle peut causer la verse. La verse peut augmenter la contamination par les levures ou les moisissures et affecter la valeur nutritive. Les plants de maïs en contact avec le sol peuvent être infectés par des bactéries et des champignons indésirables, être abîmés et les épis pourraient être pourris, ce qui peut augmenter la contamination par les mycotoxines. De plus, le contact avec le sol peut augmenter la teneur en cendres du fourrage. Des tiges ou des épis endommagés peuvent entraîner le détachement des épis, le séchage rapide du plant et la pourriture des épis ou des tiges.5

Il est important d’entreposer une culture endommagée par la grêle ou par le détachement en vert à part des cultures correctement ensilées de haute qualité, car la culture ensilée avec une teneur élevée en humidité pourrait produire un mauvais ensilage. Lorsque le procédé de production d'ensilage est complété, (environ trois semaines après la récolte), les échantillons doivent être analysés pour la valeur nutritive et les risques de mycotoxines. Le nutritionniste peut évaluer la valeur nutritive de l’ensilage affecté et ajuster la formulation de la diète en intégrant cet aliment.

De quelle façon une récolte hâtive peut-elle affecter les teneurs en humidité et la qualité des aliments après une grêle ou le détachement en vert?

La teneur en humidité est l’un des facteurs déterminants pour la qualité de l’aliment. La teneur en eau d’un plant de maïs immature est d’environ 75 % (25 % matière sèche) et un maïs récolté à ce stade peut produire beaucoup de suintement, se traduisant en une mauvaise fermentation et une perte élevée en matière sèche fermentée. Si la culture est fermentée avant que l’épi soit complètement développé, la teneur en humidité de l’ensilage peut être élevée et la teneur en hydrates de carbone fermentables peut être relativement basse. Il pourrait être recommandé d’ajouter des agents de fermentation pour ensilage (additifs).

Il est important de connaître la teneur en humidité de l’aliment qui sera entreposé dans la structure d’ensilage pour bien gérer le processus de transformation du fourrage en ensilage. Il existe plusieurs types d’appareils pour analyser la teneur en humidité. Le type d’appareil utilisé n’est pas important, mais surveiller la teneur en humidité de la culture à la récolte est essentiel. La teneur en humidité de la culture peut changer très rapidement dans un ensilage de maïs affecté par la grêle ou le détachement en vert, il faut donc surveiller constamment la teneur en humidité. Gérer la variabilité de la culture qui entre dans le silo (le mélange de chargements plus humides aux chargements plus secs), si possible, peut aider à garder la teneur en humidité à l’intérieur des bons paramètres. Mélanger les chargements est une méthode de gestion efficace pour la plupart des structures d’ensilage, sauf pour les sacs d’ensilage, qui ne sont habituellement pas une option. Le processus de fermentation d’un ensilage excessivement trempé est habituellement inadéquat, ce qui produit un ensilage instable dont la qualité peut être affectée drastiquement.

Les nitrates peuvent-ils être problématiques dans le maïs récolté en ensilage affecté par la grêle ou le détachement en vert?

Quoique le maïs immature puisse être assez élevé en nitrates, ce n’est habituellement pas un problème si le maïs est récolté en ensilage. Couper la culture d’ensilage à 20 - 30 cm au-dessus du sol devrait aider à minimiser les problèmes, car la plus grande concentration de nitrates dans un plant de maïs est dans la partie inférieure de la tige. Même si les nitrates sont relativement élevés, cet ensilage peut tout de même être utilisé comme aliment, car 30 à 50 % des nitrates sont métabolisés ou détruits pendant la fermentation. Par contre, en cas de doute, un échantillon devrait être pris et envoyé à un laboratoire d’analyse. L’ensilage dont la teneur en nitrates est élevée peut être servi en le mélangeant avec un autre aliment dont la teneur en nitrates est peu élevée, comme un foin de luzerne ou du maïs.

Le charbon du maïs sur les épis peut-il être problématique pour le maïs endommagé par la grêle?

Le retard de la récolte et le grain exposé à la grêle peuvent favoriser le développement du charbon (Figure 4) sur les épis. Mais ce n’est pas toxique et la consommation ne sera pas affectée.

Le charbon du maïs sur un épi de maïs

Figure 4. Le charbon du maïs sur un épi de maïs.

Sources

1 Drewnoski, M. 2019. Making Silage from late season hail damaged corn. Université du Nebraska - Lincoln https://beef.unl.edu/beefwatch/making-silage-late-season-hail-damaged-corn.

2 Roth, G. et Antle, M. 2012. Effects of hail damage on corn silage yield and quality. Département de vulgarisation de l’Université d’État de la Pennsylvanie. https://extension.psu.edu/effects-of-hail-damage-on-corn-silage-yield-and-quality.

3 Licht, M. 2021. Green snap Integrated crop management. Université d’État de l’Iowa. https://crops.extension.iastate.edu/encyclopedia/greensnap.

4 Corn Agronomy, Silage quality and feeding. Université du Wisconsin. http://corn.agronomy.wisc.edu/Silage/S006.aspx#:~:text=Corn%20silage%20contains%20up%20to,to%20this%20high%20starch%20content.

5 Diepersloot, E., Goeser, J., Dahlke, G. et d Ferraretto, L. 2020. Down corn silage harvesting and considerations. Département de vulgarisation de l’Université d’État du Wisconsin-Lincoln. https://fyi.extension.wisc.edu/dairy/down-corn-silage-harvesting-and-considerations/.

Web sources verified 05/27/2021.

Déclarations légales