Alert icon You’ve been geo-located to Saskatchewan province. Please ensure this is representative of where your farm resides. If not, please select the correct province. Sorry we cannot determine your location. To accurately serve you better, please choose your province below. Close icon

Select your preferred language.

Choisissez votre langue préférée

« Back to Faites croître vos connaissances

mardi, janvier 19, 2021

Les vers fil-de-fer dans l’ouest du Canada

wireworms

Territoire — Les vers fil-de-fer se trouvent partout dans l’ouest canadien1.

Cultures hôtes — Ils peuvent causer des ravages dans de nombreuses cultures, notamment dans les cultures céréalières et fourragères ainsi que dans les cultures de maïs, de légumineuses, de pommes de terre et d’autres cultures horticoles. Bien qu’ils causent moins de ravages dans les cultures de canola, ils s’en nourrissent également2, 3.

Biologie — Il existe plus de 100 espèces de vers fil-de-fer dans l’ouest du Canada. Les espèces qui ont une incidence importante au plan économique sont les suivantes : Hypnoidus bicolor et Selatosomus aeripennis destructor (taupin des prairies); suivis de Aeolus mellilus (taupin plat) et de Limonius californicus (taupin de la betterave à sucre) 1, 3.

Milieux hôtes — La prévalence des espèces dans chaque champ est influencée par le type de sol et le taux d’humidité. L’espèce Hypnoidus bicolor est la plus répandue dans l’ensemble des zones et semble préférer les sols lourds, les pâturages et les champs de foin récemment labourés. L’espèce Selatosomus destructor est plus susceptible de proliférer dans les sols friables, argileux et limoneux. L’espèce Aeolus mellilus est associée à des sols secs alors que l’espèce Limonius californicus se trouve dans des champs irrigués. Bien que chacune des espèces préfère certaines conditions écologiques particulières, elles peuvent toutes proliférer dans d’autres zones; il est fréquent de trouver plusieurs espèces dans un seul champ. L’ampleur des dommages causés par le ver fil-de-fer dépend de l’espèce présente, de la densité de la population ainsi que du stade larvaire. En général, les grosses larves âgées causent davantage de ravages3. Les ravages importants causés par le ver fil-de-fer sont plus souvent associés à des sols limoneux à texture moyenne et bien drainés, par opposition à des sols argileux lourds ou très légers; des pertes de récolte allant jusqu’à 50 % ont été observées2.

Description des dommages — Le ver fil-de-fer ravage les plants en se nourrissant des semences et des racines ainsi qu’en déchiquetant les tiges2. Le rabougrissement, le flétrissement et le jaunissement des plants peuvent être des signes de la présence du ver fil-de-fer se nourrissant de plants. Les signes révélateurs de ravages causés par le ver fil-de-fer sont le jaunissement et la mort de la dernière feuille de la plantule, tandis que les feuilles plus anciennes semblent toujours vertes. En fin de compte, la mort des plants due à l’alimentation du ver fil-de-fer peut engendrer une réduction de la population de plants ou à l’apparition de zones dénudées dans le champ.

Les ravages causés par le ver fil-de-fer varient d’un champ à l’autre1 ou d’une parcelle à l’autre. Le ver fil-de-fer se déplace de haut en bas dans le sol en fonction de la température, de l’humidité (il préfère un sol frais et humide) et de la source de nourriture. Il est attiré par le dioxyde de carbone libéré par les plantules en germination. Pour cette raison, il cause davantage de ravages lorsqu’il se trouve près de la surface du sol au printemps. Le ver fil-de-fer ne se déplace généralement pas très loin dans le champ. C’est pour cette raison que les zones d’alimentation observées sont inégales2.

Identification -

Les vers fils de fer ne sont pas des espèces de vers, ce sont plutôt des larves de coléoptères. On les appelle vers fil-de-fer en raison de leur forme filaire. Les larves sont filiformes et dotées d’un corps articulé et dur, ainsi que de trois paires de pattes derrière la tête. La taille de la larve varie en fonction de l’espèce et du stade du cycle de vie. À maturité, le taupin adulte atteint une taille d’environ un à quatre centimètres selon l’espèce2.

Example of wireworms from wheat field

Figure 1 : vers fil-de-fer.
Photo : John Gavloski, Agriculture et Développement des ressources, Manitoba.

Espèces semblables

On confond parfois le ver fil-de-fer avec d’autres insectes utiles, peu préoccupants ou qui nécessitent un contrôle différent. Il est important de différencier ces insectes. Pour déterminer s’il s’agit d’un ver fil-de-fer, observez ses pattes. Les vers fil-de-fer ont trois paires de pattes derrière la tête. Les vers-gris ont également trois paires de pattes, mais contrairement aux vers fil-de-fer, ils possèdent cinq paires de pseudopodes sur l’abdomen (figure 2). La larve de mouche (Therevidae), la tipule et la mouche des semis peuvent également être confondues avec le ver fil-de-fer; cependant, ces insectes ne possèdent pas de pattes. La larve de mouche (Therevidae) qui s’attaque au ver fil-de-fer n’est pas un parasite4. Bien qu’il soit mince et filiforme, le mille-pattes se distingue par les nombreuses pattes qu’il possède (figure 6).

Example of dingy cutworms from sunflower field

Figure 2 : ver-gris terne comportant des structures ressemblant à des pattes (pseudopodes) sur l’abdomen.
Photo : John Gavloski, Agriculture et Développement des ressources, Manitoba.

Example of stiletto fly larva

Figure 3 : larve de mouche (Therevidae).
Photo : John Gavloski, Agriculture et Développement des ressources, Manitoba.

Crane fly larva

Figure 4 : larve de tipule.
Photo : John Gavloski, Agriculture et Développement des ressources, Manitoba.

Example of seedcorn maggot

Figure 5 : mouche des semis.
Photo : John Gavloski, Agriculture et Développement des ressources, Manitoba.

Example of wireworm (left) and centipede (right)

Figure 6 : ver fil-de-fer (à gauche) et mille-pattes (à droite).
Photo : John Gavloski, Agriculture et Développement des ressources, Manitoba.

Cycle de vie

Le ver fil-de-fer vit habituellement de deux à cinq ans dans le sol, mais le cycle de vie de chaque espèce est différent1. La plus grande partie de sa vie se déroule sous forme de larve (ver fil-de-fer), étape où il fait le plus de dégâts en s’alimentant, surtout lors des derniers stades de développement. Le stade de nymphose dure environ un mois, durant le milieu de l’été. Les taupins adultes sortent de la nymphe, passent l’hiver dans le sol et sortent pour s’accoupler au printemps. La ponte a lieu de la fin mai à la fin juin. Les larves éclosent de trois à sept semaines suivant la ponte. C’est la période la plus vulnérable du cycle de vie du ver fil-de-fer. Si les vers fil-de-fer ne trouvent pas de nourriture au cours des quatre premières semaines après l’éclosion, ils meurent. Ceux qui survivent parviennent habituellement à vivre sous forme de larves pendant plusieurs années en se nourrissant durant tout leur stade larvaire. On peut trouver plusieurs générations de taupin dans un même champ2.

Dépistage

Effectuez le dépistage au printemps en dénombrant le peuplement de plants, en repérant les parcelles de plants étiolés, les parcelles dénudées ou les plantules endommagées. Creusez à ces endroits pour trouver des vers fil-de-fer. Les pièges avec appâts peuvent s’avérer utiles pour déterminer la présence de vers fil-de-fer dans le champ. Il est préférable de les poser au printemps, lorsque le ver fil-de-fer se trouve près de la surface du sol. Il existe différents pièges avec appâts, mais tous recommandent d’utiliser une source de nourriture et un contenant. Il peut s’agir de semences de blé ou de maïs prétrempées, ou de boulettes d’avoine placées dans un sac d’oignons ou dans un bas de nylon. Enterrez les pièges à une profondeur de 10 à 15 centimètres et marquez les emplacements afin de pouvoir les déterrer dans les 10 à 14 jours suivants. Comme les populations de vers fil-de-fer peuvent être irrégulières dans un champ, placez les pièges là où ils sont le plus susceptibles d’être présents, par exemple dans les zones où les cultures précédentes ont produit un faible peuplement végétal ou dans des parcelles dénudées. L’utilisation de plusieurs pièges est également une bonne idée. Il est important de noter que le ver fil-de-fer peut ne pas être attiré par l’appât si d’autres sources de nourriture sont disponibles. Cela signifie que le ver fil-de-fer peut être présent dans un champ même s’il n’est pas observable dans les pièges.

Seuil économique

L’établissement d’un seuil économique est encore en cours d’élaboration et il est probable que des seuils différents devront être établis pour chaque espèce. Étant donné que les boules d’appât peuvent ne pas piéger un échantillon représentatif de la population sur le terrain, il peut être préférable de commencer les mesures de contrôle dès que l’on trouve des larves de vers fil-de-fer5.

Contrôle

Établissement des cultures — favoriser une croissance vigoureuse et rapide des cultures ainsi que l’établissement des peuplements à l’aide d’un ensemencement peu profond dans un sol chaud et humide, d’une fertilité du sol adéquate et de taux d’ensemencement élevés2.

Rotation des cultures — éviter de produire plusieurs cultures de céréales ou maïs successives. Les plants de lin et de sarrasin sont rarement attaqués par le ver fil-de-fer, et les plants de canola et de légumineuses subissent habituellement beaucoup moins de dégâts. Les céréales semées à l’automne et poussant vigoureusement au printemps peuvent dépasser l’alimentation du ver fil-de-fer, mais elles peuvent être menacées lors de la germination à l’automne. Il reste encore beaucoup à comprendre sur l’incidence de la rotation des cultures sur les ravages causés par le ver fil-de-fer2.

Traitement des semences — lorsque le ver fil-de-fer est présent, un traitement des semences peut s’avérer une bonne solution pour le contrôler.

Sources

1 Bruce Barker, 2020.  À la recherche du ver fil-de-fer. (En anglais seulement) Top Crop Manager, 1er juin 2020.

2 Gouvernement de l’Alberta, 2014. AgriFacts : le ver fil-de-fer. https://open.alberta.ca/dataset/7179888

Van Herk, W. G., Vernon, R. S., 2014. Les taupins et les vers fil-de-fer (Coleoptera Elateridae) de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba. Arthropodes des prairies canadiennes (vol. 4) : Biodiversité et approche systématique, partie 2, p. 87-117. (En anglais seulement) Commission biologique du Canada.

4 Agriculture et Développement des ressources, Manitoba. Le ver fil-de-fer dans les cultures des prairies canadiennes. (En anglais seulement) https://www.gov.mb.ca/agriculture/crops/insects/wireworms.html

5 Gavloski, J., Meers, S., 2011. Arthropodes des cultures céréalières. Arthropodes des prairies canadiennes (vol. 2) : Les habitants d’un paysage en mutation, p. 218-219. (En anglais seulement) Commission biologique du Canada.


Énoncé juridique

La performance peut varier d’un endroit à l’autre et d’une année à l’autre en fonction des conditions de croissance, des conditions du sol et des conditions climatiques locales. Dans la mesure du possible, les producteurs doivent évaluer les résultats de plusieurs parcelles sur plusieurs années et tenir compte de l’incidence de ces conditions sur les champs.

© Groupe Bayer, 2020. Tous droits réservés. 4019_S2_CA